Panneau publicitaire numérique JCDecaux © Tim Douet
Panneau publicitaire numérique JCDecaux © Tim Douet

Lyon : le débat du règlement local de publicité plombé par les Vélo'v

Le débat du règlement local de publicité métropolitain qui a eu lieu au conseil municipal de Lyon ce lundi a largement tourné autour de l'arrivée des panneaux publicitaires numérique en ville. Une arrivée prévue dans le contrat Vélo'v signé en 2017 entre la métropole et JCDecaux qui semble inévitable aujourd'hui malgré l'opposition de certains élus.

Le conseil municipal lyonnais a débattu ce lundi sur le règlement local de publicité métropolitain actuellement en débat qui devrait entrer en vigueur en 2020. Un débat sans vote largement articulé autour de l'arrivée à Lyon des panneaux numériques à travers le contrat passé entre la métropole et JCDecaux. L'opposition a regretté le manque de volontarisme de la ville sur la limitation de ces dispositifs. Pour Stéphane Guilland, le débat à la ville et la métropole n'en était même pas vraiment un à cause de ce contrat. “Les écrans numériques publicitaires ont depuis quelques mois investis les couloirs du métro, ils colonisent aujourd'hui le mobilier urbain de nos villes. Alors que leur autorisation ne devrait  être abordée que sur le plan de la pollution visuelle, on sait que les recettes qu'ils génèrent, en particulier pour la ville quand ils sont implantés sur l'espace public, pèsent dans le débat et c'est dommage”, a regretté l'élu LR. Selon lui, le poids financier de ces panneaux numériques exercerait “une pression” sur les élus métropolitains puisque sans eux le déploiement des Vélo'v électriques serait remis en cause. En effet, comme l'a écrit à de nombreuses reprises Lyon Capitale, l'arrivée des vélos en libre-service électriques est conditionnée à l'autorisation de ces panneaux numériques. En cas de refus de ces derniers, ce serait à la collectivité de payer intégralement l'installation des nouveaux deux-roues.

“Le juste équilibre”

L'élu Les Indépendants Denis Broliquier s'est montré moins vindicatif à l'encontre de ces dispositifs lumineux. Il a plaidé pour une meilleure définition “des critères d'implantation : tailles, localisations, contenues et ouverture de cette publicité aux commerçants locaux” et pour la limitation de la consommation énergétique de ces panneaux via une “capacité maximale en lux, en lumen et en watt du mobilier urbain”.

De son côté, Michel Le Faou, en charge du sujet au Grand Lyon, a assuré que les panneaux numériques seront “limités, mais pas interdit” et seront adaptés “au contexte urbain patrimonial et paysagé”. Quant à Gérard Collomb, il a plaidé pour “un juste équilibre”. “En passant contrat avec JCDecaux, cela nous a permis de développer les Velo'v. Aujourd'hui, qui s'en passerait ?”, a-t-il défendu. Pour le maire de Lyon, la convention signée entre la métropole et l'entreprise en 2017 pour les nouveaux Velo'v “sera extrêmement précieuse pour beaucoup de nos concitoyens.” Les associations de lutte contre les “agressions publicitaires” sont prévenues, il y aura bien des écrans numériques à Lyon.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
Gérard Collomb et David Kimelfeld ont tous les deux annoncé que le bureau de poste du quartier de la route de Vienne (Lyon8e) allait rester ouvert. Deux annonces politiques de la part des deux élus que se sont respectivement attribués les mérites de cette nouvelle.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut