Les élus "Le Rassemblement" dénoncent des privatisations "dangereuses"

Les élus Le Rassemblement ont critiqué dans un communiqué les nombreuses cessions des infrastructures de la région Auvergne-Rhône-Alpes à Vinci.

Alors que les parts de l'État dans l'aéroport de Lyon ont été officiellement cédées le 25 juillet dernier à Vinci et que la majorité régionale a validé sa participation financière dans l'autoroute A45 ce 7 juillet avec comme futur concessionnaire Vinci, les élus "Le Rassemblement" se sont demandé "Peut-on encore échapper à Vinci en région Auvergne Rhône-Alpes ?", dans un communiqué.

Nombreuses sont les infrastructures de la région Auvergne-Rhône-Alpes à être gérées par Vinci : aéroport de Chambéry, A7, aéroport de Grenoble, Aéroport de Clermont-Ferrand, Rhône Express, les élus écologistes estiment que "ces choix politiques, de privatisation et de mise en œuvre de partenariats publics privés sont dangereux."

"Il est désolant de voir autant d’infrastructures passer aux mains d’entreprises privées. Routes et aéroports et autres infrastructures doivent s’inscrire dans un schéma de développement partagé guidé par l’intérêt général et surtout, tenant compte des enjeux environnementaux du 21e siècle. Laisser ces infrastructures à Vinci ou autres grands groupes, c’est comme si l’État et les collectivités jetaient l’éponge. Ce n’est plus l’intérêt général qui prime, mais bel et bien les intérêts privés et financiers", a estimé Jean-Charles Kohlhaas, conseiller régional et membre de la commission transports et aménagement à la région.

"Aujourd’hui que l'on prenne l'avion ou l'autoroute, les grands bénéficiaires seront les actionnaires de Vinci. Conclusion, pour échapper à Vinci en Auvergne Rhône-Alpes... prenez le train !", a conclu Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale à la région.

à lire également
Interview - Candidat dissident à l’élection métropolitaine de Lyon, David Kimelfeld se retrouve parfois ramené à sa relation avec La République En Marche. Interrogé par Lyon Capitale, il détaille sa position avec le parti d'Emmanuel Macron et où il se situe par rapport à LREM avant le premier tour des élections.  
1 commentaire
  1. Robes Pierre - 10 août 2016

    pompier pyromane, qui a commencé à privatiser , un certain Villepin sur les idées d'un certain Jospin puis la valse à continuer, qu'ils s'engagent à renationaliser s'ils sont élus, quoi que promesses électorales n'engagent que ceux qui y croient

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut