Visuel RVI

Friche RVI : comment rendre le quartier Lacassagne moins triste ?

L'ancienne friche industrielle puis culturelle va héberger un parc, une bibliothèque et une nouvelle rue. Le projet prévoit aussi l'extension du campus de formation professionnelle. Les habitants demandent surtout une station de tramway.

Visuel RVI ()

Les riverains aimeraient un quartier moins triste. Avec ses longs murs gris, leurs ombres plongeantes, l'absence d'arbres et de piétons, on jurerait que l'hiver dure ici douze mois de l'année. Les habitants seront-ils entendus ? Le conseil communautaire de ce lundi a entériné le bilan de concertation et les grands axes du réaménagement de la friche RVI de l'avenue Lacassagne, celle-là même qui avait accueilli un squat culturel (périmètre rouge sur la vue aérienne ci-contre).

Les opérations de démolition vont se terminer au cours du premier semestre. De sa physionomie actuelle, demeurent le mur de la rue Feuillat, une partie des sheds (toitures), la verrière et la porte monumentale. Les opérateurs privés, liés à la collectivité par un bail emphytéotique, devront composer avec ces éléments protégés au Plan local d'urbanisme.

Ce projet est l'occasion de muscler le campus de formation professionnelle, au sud. C'est ainsi que s'étend le centre de professionnalisation initiale de la SEPR. Il va développer 5 nouvelles filières : préparation en pharmacie, prothèse dentaire, esthétique, podo-orthèse et cordonnerie, gagnant 1200 étudiants supplémentaires. A côté, le bâtiment de la formation compagnonnique des métiers du bâtiment (FCMB) permet le regroupement des sites de Pierre-Bénite et de Villeurbanne. Inaugurées en 2e trimestre 2013, les deux entités se partageront un gymnase privé dont on espère un possible usage public à certaines heures. Ils disposeront aussi d'une unité d'hébergement commune pour les internes.

Visuel RVI 2 ()

Une bibliothèque, un parc

Côté avenue Lacassagne, se dressent deux bâtiments de 4 et 5 étages. Au rez-de-chaussée, une bibliothèque de quartier. Légèrement en retrait un parc d'activité lové sous les sheds. On ignore quelles seront les entreprises qui seront présentes. Entre ces deux pôles, un parc de 8 000 m2 est créé. Il sera visible sur une largeur de vingt mètres depuis l'avenue Lacassagne. Les élus de droite auraient souhaité davantage, y voyant l'occasion d'une "respiration verte" de l'axe routier. Mais les paysagistes souhaitent préserver le jardin du trafic. "Il y aura une 2e ouverture un jour", promet Gilles Buna, adjoint à l'urbanisme. Ce grand jardin longe la rue du professeur Rochaix.

Une rue, une station de tram

Cette opération est l'occasion d'ouvrir un axe est-ouest entre la rue Feuillat et la rue du Professeur Rochaix, inaugurée à la fin 2014. Il va prolonger d'un côté la rue Elie Paris et celle de la rue Germain David. Ce sera une rue à sens unique, avec piste cyclable - les écologistes préfèreraient une voie réservée aux modes doux. Ainsi sera affirmée une liaison entre les quartiers Sans Souci/Dauphiné et Montchat. Durant la concertation, les habitants ont demandé la création d'une station de tramway (T3) Feuillat. Selon Gilles Buna, le Sytral devrait accéder à cette requête. Cet arrêt complèterait l'offre de transport existante, améliorée depuis AToubus qui a consacré deux lignes fortes : C 13 et C16.

à lire également
3 commentaires
  1. maggaly - 10 janvier 2012

    L'offre de bus sur l'avenue Lacassagne n'a rien gagné avec Atoubus au contraire. C16, c'est l'ancien 34 et la capacité de la ligne est identique. Pas un bus de plus par heure, pas de changement sur le matériel roulant. Donc statu quo. Le 25 passait toutes les 12 minutes. Il passe maintenant toutes les 20 minutes. 2 passage par heure supprimés : 130 places perdues. Le 28 passait toutes les 8 minutes avec des articulés. C13 passe en principe toutes les 8 minutes en bus classique, mais comme il vient de loin, c'est plutôt un bus toutes les 20 minutes. En théorie, passer de bus articulés de 110 places à des bus standards de 65 places, c'est perdre 315 places. Donc Atoubus se solde par un gain de 0 - 130 - 315 = - 445 places par heure. Vous avez dit amélioration ? Ne soyez pas aussi naïfs et instruisez sérieusement le dossier... Et si la friche de construit, comment absorber le flux de nouveaux voyageurs sur l'avenue Lacassagne ?

  2. FOurs - 11 janvier 2012

    bonjour il y a un problème d'info, monsieur Fournier : -d'une part il n'est plus question de parc depuis longtemps, entre les 2 quartiers, mais d'un jardin. Sa définition reste à faire dans les instances de concertation (notamment les conseils de quartier). -d'autre part, la rue qui va être faite, sera ouverte au voiture alors que les habitants demandaient une voie piétons/vélo, en plus située trop près de la rue Lacassagne elle ne sera pas utile. Les habitants avaient demandé une jonction Harmonie / Baltazar pour l'articulation entre Monplaisir-3° et Montchat. Un nouveau RV loupé avec l'histoire urbaine du secteur. Il est vrai qu'il n'y a pas de prise en compte de ce prochain afflux d'étudiants sur le site dans les transports en commun, ni dans la circulation de la rue Feuillat. Tous ces points sont souvent en discussion avec la municipalité ou du moins le mille-feuille administratif qui gère tout cela.

  3. Collombitude - 22 janvier 2012

    Monsieur Collomb, quand on n'a pas d'imagination, que fait-on? Un musée du 'poids lourd' par exemple, ou alors un stade de foot pour millionnaires, c'est simple la vie Non? Quant à créer de vrais emplois industriels, moi mon Collomb, je m'en tape, ce n'est pas très porteur pour mon rayonnement ! Et puis ce que demande les habitants, je m'en tape aussi,ils ont voté pour moi, qu'ils assument!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut