PONT SCHUMAN (4)
Pont Schuman/visuel du projet.

Feu vert pour le pont Schuman : la folle semaine de Collomb

Le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable à la construction du pont Schuman, projet qu'il juge indispensable au rééquilibrage des deux quais de Saône. Il pose cependant une condition : que 2 des 4 voies soient réservées aux transports en commun.

Avalanche de bonnes nouvelles pour Gérard Collomb ! La semaine avait déjà bien commencé avec le triomphe de François Hollande à la primaire, et notamment son succès à Lyon, après l'offense du premier tour où Aubry avait viré en tête. Quelques heures plus tard, étaient rendus publics les huit avis favorables sur le Grand Stade. Et voilà que l'on apprend que le pont Schuman a aussi reçu le feu vert du commissaire enquêteur le 24 août dernier, projet contesté par des riverains qui s'inspiraient du collectif contre OL Land. Comment le maire peut-il décemment finir la semaine ?

La passerelle Masaryk réservée aux modes doux

Porté par la communauté urbaine, le pont Schuman vise à redonner un peu d'équilibre dans les flux de circulation entre les deux quais. Il devrait réduire le trafic sur le pont Clemenceau, à la sortie du tunnel de la Croix-Rousse et soulager la place Valmy. La passerelle Masaryk deviendra piétonne et cyclable. Depuis quelques mois, l'Association de défense Gillet Masaryk (ADGM) dénonce les suppressions de 60 stationnements, de la contre-allée et s'inquiète de l'augmentation des nuisances sonores. "Ce pont ressemble plus à une autoroute" abondait l'opposante Fabienne Lévy, en conseil communautaire.

Le commissaire enquêteur ne va pas dans leur sens. D'abord en soutenant la nécessité de ce projet. "Le statu quo réclamé par certains s'accompagnerait d'une augmentation des nuisances liée au développement inéluctable du Nord-Ouest de l'agglomération lyonnaise", écrit-il. Or pour lui, la construction de cet ouvrage est souhaitable au vu de la vétusté des deux ponts actuels : le pont de l'Ile Barbe (1827) est le plus ancien de Lyon encore en service. Il a déjà dû se restreindre à une voie de circulation en 2004 en raison de sa suspension fatiguée. Il ne pourra pas fermer du fait de la présence d'habitant sur l'Ile. Quant à la passerelle Masaryk (1831), elle "verra sa longévité s'accroître du fait de la suppression de la circulation automobile". "Il me semble donc préférable de construire le pont Schuman plutôt que de restaurer le pont Mazaryk et de construire une nouvelle passerelle dédiée aux modes doux", résume le commissaire enquêteur.

Le quai Gillet doit prendre sa part de trafic

Reprenant l'objectif de rééquilibrer le trafic sur chacune des deux rives, le document estime "inévitable que les nuisances dues à la circulation diminuent sur le quai qui sera soulagé -le quai Jaÿr- au détriment du quai Gillet". Les habitants de la rive gauche de la Saône devront consentir à supporter une partie plus importante de trafic. Ce que disait d'ailleurs Gérard Claisse, vice-président du Grand Lyon en charge de la participation citoyenne, quand il affirmait en conseil communautaire que "l'intérêt général de ce projet n'est pas l'intérêt particulier des habitants". Le commissaire enquêteur ne tranche pas entre les trois emplacements envisagés : au nord vers l'ile Barbe, au sud vers la passerelle Masaryk et une position intermédiaire préférée par le Grand Lyon.

Il s'attarde sur les perturbations que pourraient subir les habitants. Le rapprochement entre les voies automobiles et la circulation variera "entre 1 et 7 mètres", calcule-t-il. Mais il relativise les nuisances : "la pollution de l'air se dilue plus rapidement et les nuisances sonores sont moins importantes que dans une rue en U (voie bordée de part et d'autre de constructions)". Il préconise toutefois une surveillance des niveaux sonores, rappelant que 14 bâtiments devront bénéficier d'un traitement acoustique en façade.

Le commissaire enquêteur émet toutefois une réserve à la copie délivrée par le Grand Lyon. Il affirme que "tout laisse à penser qu'une voie dans chaque sens serait suffisante" et juge "indispensable de prévoir un site propre pour les bus ou un tram". Une "lacune" que la collectivité devra nécessairement combler.

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
À la tête de la métropole depuis dix-huit mois, David Kimelfeld accélère le rééquilibrage entre ses compétences urbaines (héritées du Grand Lyon) et sociales (récupérées du département). L’outil créé en 2015 commence selon lui à montrer les premiers signes de sa pertinence. Mais il demande aussi du temps. En creux, David Kimelfeld dresse l’inventaire de la patte qu’il a apportée à cette collectivité depuis qu’il a succédé à Gérard Collomb.
3 commentaires
  1. saint claude - 21 octobre 2011

    'Avalanche de bonnes nouvelles pour Gérard Collomb ! Comment le maire peut-il décemment finir la semaine ?'Fabien Fournier,je ne sait pas si c'est décent mais après vos petites sucrerie je lui proposerai bien une petite gaterie:meringue,coussin de Lyon,macaron?

  2. valou - 21 octobre 2011

    J'adore l'incohérence des riverains... Ils gueulent contre le bruit des voitures, mais ils gueulent aussi quand on leur enlève leurs places de stationnement. Dans tous les cas ce genre de riverains c'est je pense qu'à ma gueule et tout le monde doit vivre de la même façon que moi!

  3. GNAFRON DE LYON - 22 octobre 2011

    Génial, comme toujours, à l'époque Gégé On fait un pont qui débouche sur un rideau d'immeubles à quelques deux pas du pont Clémenceau. Et pour traverser de la rive gauche à la droite, le prochain pont (Collonges ) est à plus de quatre kilomètres ... Ca fait plaisir de voir nos sous employés avec autant de discernement!

  4. quidam - 31 octobre 2011

    Bien vue Valou

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut