Capture d’écran 2014-06-13 à 15.24.36

Clash UMP/UDI pour un siège d’élu métropolitain

Selon les termes de l’accord UMP-UDI aux municipales de Lyon, Pascal Blache, maire du 6e arrondissement, aurait dû céder son siège métropolitain au centriste Marc Augoyard. Il ne le fera pas. Explications.

Issu de la société civile, Pascal Blache (à gauche sur la photo) a été élu maire du 6e arrondissement il y a quelques semaines. De ce fait, il a été automatiquement propulsé conseiller communautaire. Or, selon les termes de l'accord entre Michel Havard et ses alliés centristes, il aurait dû démissionner de ce poste pour être remplacé par Marc Augoyard (UDI, à droite sur la photo) qui siégeait jusqu'en 2014 à la communauté urbaine. Un jeune élu qui s'était impliqué dans son mandat, mobilisé par exemple sur la Cité de la gastronomie. Michel Havard "piétine délibérément et sans regret une parole donnée lors d'un accord passé au moment des dernières élections municipales entre l'UMP et l'UDI", s'insurge Fabienne Lévy, présidente départementale de l'UDI. Elle en appelle à son homologue de l'UMP, Philippe Cochet, pour faire respecter l'alliance contractée lors des municipales.

Augoyard avait cédé sa place à Fenech

Christophe Geourjon, chef de file des centristes aux municipales, est aussi mécontent. "Marc Augoyard était initialement plus haut sur la liste, mais il a fallu faire une place à Georges Fenech. On a joué collectif avec l'engagement ferme de Michel Havard. Il avait donné sa parole. Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent", raconte l'élu. Il promet d'en tirer les conséquences à l'avenir, lors des prochaines élections.

Dans l'équipe de Michel Havard, on admet "une erreur". "Un maire d'arrondissement ne peut pas politiquement ne pas siéger à la métropole", explique Damien Gouy-Perret, qui a été directeur de campagne de Michel Havard. À l'entendre, les centristes ont leur part de responsabilité, alors que certains sont supposés avoir voté pour Gérard Collomb à la tête de la métropole. C'est en particulier vrai de Max Vincent, maire UDI de Limonest, qui a été désigné conseiller délégué. "Fabienne Lévy avait appelé ses collègues à aller travailler avec Collomb sur Facebook", se rappelle aussi Damien Gouy-Perret (lire ici).

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
À la tête de la métropole depuis dix-huit mois, David Kimelfeld accélère le rééquilibrage entre ses compétences urbaines (héritées du Grand Lyon) et sociales (récupérées du département). L’outil créé en 2015 commence selon lui à montrer les premiers signes de sa pertinence. Mais il demande aussi du temps. En creux, David Kimelfeld dresse l’inventaire de la patte qu’il a apportée à cette collectivité depuis qu’il a succédé à Gérard Collomb.
1 commentaire
  1. Sophie_Lyon - 18 juin 2014

    'C'est ma place' 'Non, c'est la mienne' c'est celui qui dit qui y est... Pathétique.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut