Christophe Guilloteau
© Tim Douet

Christophe Guilloteau :“On donnait 5 % à Mariton, il a fait 6”

Christophe Guilloteau est sarkozyste, mais il soutenait Hervé Mariton dans la course à la présidence de l’UMP. Pour lui, l’issue de ce scrutin n’est pas une surprise.

Les résultats du vote sont ce que beaucoup de militants et de gens extérieurs attendaient. Personnellement, je donnais 35 % à Bruno Le Maire, 5 % à Mariton et le reste à Sarkozy [60 %, donc, NdlR]”, a résumé Christophe Guilloteau, député du Rhône et conseiller général du canton de Saint-Genis-Laval.

Tout comme les autres membres de l’UMP, Christophe Guilloteau joue la carte du rassemblement : “Maintenant, il y a un président. Mais il va avoir besoin d’une équipe, qui se constituera en fonction des résultats que l’on vient d’apprendre”, pronostique-t-il.

Objectif : primaire de 2016

À peine la présidence de l’UMP assurée, le député du Rhône se tourne vers la primaire, prévue en 2016. “C’est le candidat qui sera élu à la primaire qui sera suivi”, a-t-il annoncé.

Cependant, pour lui, les 6 % d’Hervé Mariton restent une victoire. “C’était le Petit Poucet de la campagne. Il n’avait pas les mêmes moyens que ses concurrents et, surtout, il faut accoler son score à celui de Nicolas Sarkozy”, justifie-t-il. Si Bruno Le Maire avait une vision à part, Nicolas Sarkozy et Hervé Mariton parlaient à l’unisson, pour Christophe Guilloteau. “Personnellement, je soutenais le candidat local et celui qui avait une posture digne sur la thématique du mariage pour tous”, a-t-il achevé.

à lire également
Emmanuel Macron, à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Présentée comme la petite sœur de la loi sur le secret des affaires, celle sur les fake news est vécue par les médias comme une entrave supplémentaire à la liberté de la presse. La promesse du Gouvernement de les exclure du périmètre d’une loi focalisée sur les plateformes en ligne peine à convaincre.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut