Drôme : la BRI de Lyon stoppe un go-fast et saisit 300 kg de cannabis

La PJ de Grenoble et la BRI de Lyon ont saisi 300 kg de résine de cannabis après avoir arrêté un go-fast au péage de Tain-l’Hermitage, dans la Drôme.

Mercredi soir, la police judiciaire de Grenoble et la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Lyon ont arrêté au niveau du péage de Tain-l'Hermitage (Drôme) trois hommes circulant sur l'A7 à bord d'un fourgon. Après fouille du véhicule, ils ont retrouvé 300 kg de résine de cannabis.

Deux autres hommes ont été arrêtés. Ils sont soupçonnés d'avoir ouvert la route aux trois premiers cités. Selon les premières informations, le convoi venait d'Espagne pour rejoindre la région lyonnaise, a indiqué Le Dauphiné libéré.

à lire également
Après une semaine de débats aux assises du Rhône sur l’assassinat de Nordine Agaguena, parrain du trafic de cannabis lyonnais abattu en 2014 à Meyzieu, l’avocat général a demandé ce mardi matin l’acquittement des trois accusés, au bénéfice du doute.
5 commentaires
  1. jpb citoyen - 7 avril 2016

    (1) Il faut détruire cette drogue découverte : toute quantité détruite ne sera pas consommée, c’est évident ! La légalisation d'une drogue ne résout pas les dégâts physiques posés par la consommation de drogue. Il est vrai que l'interdiction d'en consommer ou de la vendre n’empêche pas complètement cette consommation de drogue : la drogue est vendue (donc consommée) ça et là Un exemple bien connu de l'échec du commerce d’une drogue et de l’échec de son interdiction de cette même drogue est l’exemple de l'alcool : la prohibition aux États-Unis a engendré de la violence sans en limiter la consommation, et son commerce officiel coute énormément plus d'argent à l'État et aux entreprises en général qu'il n'apporte d'argent au même État, et à l'ensemble des entreprises (...)

  2. jpb citoyen - 7 avril 2016

    (2) Résultat net : un déficit important de plusieurs milliards d’euros avec les ennuis sociaux et les blessures physiques graves (…) La violence qui a existé à Chicago durant la prohibition peut être comparée à la lutte entre gangs actuellement, mais le mal est bien plus sournois lors de la légalisation et tout aussi destructif dans les faits car la légalisation n’est pas une protection contre une consommation excessive de quelque produit que ce soit. On ne peut pas laisser droguer des millions de personnes parce que quelques unes se sont entretuées en fait pour être les seules à droguer des gens du coin. C’est la loi du plus grand bien pour le plus grand nombre qui prime, et il n’y a pas photo : ne pas laisser faire les malfrats qui veulent corrompre la jeunesse à tout prix !

  3. jpb citoyen - 7 avril 2016

    (3)...Il ne faut pas croire non plus que les malfrats d’aujourd’hui vont aller travailler honnêtement du jour au lendemain si le cannabis est légalisé. Et si on légalise, les drogués iront chercher quelque chose d’autre de plus tordu, de plus fort (et donc encore interdit, comme des mélanges très toxiques que leur fourniront… les malfrats d’hier, toujours les mêmes ! ), chercher autre chose donc pour se démarquer de ceux qui ne consomment pas de drogue, pour le plaisir de faire quelque chose d’interdit, le plaisir immédiat comme si l’instant présent était insupportable (…) Cela fera de la mort en moins dans des veines… Je ferai remarquer que les arguments de certains jeunes ne sont pas idiots du tout, mais ce n’est n’est pas parce que quelqu’un se coupe une main ( consomme ...

  4. jpb citoyen - 7 avril 2016

    (4) ...consomme …du tabac ou de l’alcool, des psychotropes, etc, produits en vente officielle qui sont tous rapidement nuisibles), ce n’est pas pour cela donc qu’il faut se couper un pied ( consommer du cannabis actuellement interdit en France, lequel cannabis, comme ces autres produits, finit par modifier la programmation génétique naturelle du corps ) (…) Pour ce qui est des substances psycho-actives (ayant un effet sur l'activité cérébrale au niveau du système nerveux central, et qui modifient aussi la manière de penser et faussent les perceptions immédiates de nos sens classiques), l’humaniste américain Ron Hubbard a émis l'hypothèse (...)

  5. jpb citoyen - 7 avril 2016

    (5) ...l’humaniste américain Ron Hubbard a émis l'hypothèse que cette consommation est effectuée par les personnes qui veulent résoudre un mal-être persistant. Mr Hubbard a aussi mis au point une méthode pour se débarrasser des effets des drogues (pour ceux qui veulent se libérer des agents toxiques chimiques industriels et des toxines résiduelles laissées dans leur organisme suite à la consommation de drogues ; ceci se fait grâce à des vitamines, des sels minéraux, des huiles et … du sauna ).

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut