Police gare Part-Dieu Lyon
© Sylvian Baudry

Débordement dans un TGV à Lyon : un homme présenté au parquet

Une personne a été présentée au parquet après les débordements qui ont eu lieu ce samedi à bords d'un TGV qui transportait 633 passagers vers Évian.

Ce samedi un TGV en provenance de Paris a été arrêté en gare de Part-Dieu pour faire cesser le trouble qui régnait à bord. C'est la SNCF qui a alerté la police des nombreuses dégradations commises dans le train à grande vitesse. "Après constatations les dégradations s'avéraient légères (une poubelle dégradée et des boissons renversées)", tempère la DDSP. Une importante opération policière avait été mise en place. Opération qui avait conduit à une trentaine d'interpellations. Parmi ces trente personnes, un mineur de 16 ans demeurant à Nonancourt (27), un mineur de 16 ans demeurant à Garancières (78), et un jeune homme de 19 ans demeurant à Linas (91). Les deux mineurs ont nié les faits qui n'ont pu leur être imputés et ont été laissés libres. Quant au majeur, il était en possession d'un couteau et a commis des violences sur l'un des policiers qui l'interpellaient. Il a été laissé libre avec renvoi au 3 mars 2018 pour "dégradations volontaires en réunion, port d'arme prohibée de catégorie D et violences sur agent de la force publique".

Lire aussi : "Lyon Part-Dieu : dans le train pour Évian, l'alcool coulait à flots"

à lire également
Capture d’écran d’une vidéo AFP – Nicolas Sarkozy quittant les locaux de la PJ de Nanterre après deux jours de garde à vue, le 21 mars 2018 © AFP
En dépit de la création, au lendemain de l’affaire Cahuzac, d’un parquet national financier, les brigades économiques et financières restent le parent pauvre de la police française. En région, les limiers manquent pour lutter contre cette délinquance invisible, qui peut coûter gros à l’État, comme lui rapporter beaucoup.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut