La Noce In Vitro
© Sabine Bouffelle

Théâtre : Variations familiales In Vitro à la Croix-Rousse

In Vitro, collectif énergique et inventif, met en scène trois pièces portant sur les relations familiales au théâtre de la Croix-Rousse. En commençant par la Noce de Brecht ce mercredi.

La Noce – Collectif In Vitro © Sabine Bouffelle

© Sabine Bouffelle
La Noce – Collectif In Vitro.

“Familles, je vous hais ! Foyers clos ; portes refermées ; possession jalouse du bonheur.” C’est souvent de façon incomplète, mais aussi inexacte, que l’on reprend cette phrase d’André Gide, tirée des Nourritures terrestres. On oublie souvent le “s” final de “familles”. Il est pourtant essentiel : il marque l’idée qu’il n’y a pas de modèle unique en la matière.

On pourra s’en rendre compte en se rendant à la Croix-Rousse cette semaine. Surtout si l’on y va à trois reprises. Le collectif In Vitro y propose en effet un triptyque théâtral qui offre trois éclairages sur ce thème des relations familiales, à travers différentes époques, différentes situations, une création collective et deux grandes pièces de notre répertoire théâtral.

1970 – La Noce de Brecht

On trouvera d’abord une famille dans un moment clé de sa formation, celui du mariage, avec La Noce chez les petits bourgeois de Bertolt Brecht, qui ouvre le bal et les hostilités. Une pièce à l’incroyable force burlesque que Julie Deliquet, metteure en scène de la troupe, a choisi de transposer dans les années 1970. Peut-être pour que la succession soit logique avec le deuxième spectacle, Derniers remords avant l’oubli, de Jean-Luc Lagarce.

1980 – Les Remords de Lagarce

Derniers remords avant l’oubli, de Jean-Luc Lagarce – Collectif In Vitro © Sabine Bouffelle

© Sabine Bouffelle
Derniers remords avant l’oubli.

Nous sommes à présent dans les années 1980 et les mariages sont loin, les familles déjà composées ou même recomposées. Les retrouvailles s’organisent autour d’une maison achetée en commun en 1968.

Règlements de comptes, dans tous les sens du terme, sont au programme. Tout comme dans le dernier volet du triptyque...

1990 – Nous sommes seuls maintenant

Nous sommes seuls maintenant, du collectif In Vitro © Sabine Bouffelle

© Sabine Bouffelle
Nous sommes seuls maintenant – collectif In Vitro.

Le dernier volet de ce triptyque, Nous sommes seuls maintenant, création collective de la troupe, nous emmène dans la décennie suivante, celle des années 1990, à l’occasion d’un repas festif où se retrouvent plusieurs générations, des petits-enfants aux grands-parents.

Excellente manière de clôturer ce cycle familial et théâtral qui s’annonce jubilatoire et passionnant.

La Noce – Mercredi 16 mars à 20h
Derniers remords avant l’oubli – jeudi 17 à 20h également
Nous sommes seuls maintenant – Vendredi 18 toujours à 20h
Intégrale samedi 19 mars à 16h (durée 5h, avec 2 entractes). Au théâtre de la Croix-Rousse.
à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut