Du Lars et du Cochon

Lars Norén reste pourtant assez méconnu du public, et pratiquement absent des scènes lyonnaises. Deux veines s'affrontent dans l'œuvre du dramaturge suédois. Une veine bourgeoise et ses névroses familiales cachées, plus classique. Une autre veine plus offensive, qui prend à bras le corps le grand thème de Norén : la violence dans la société. C'est cette deuxième veine plus radicale qu'on choisit d'aborder aussi bien Les Célestins que Les Ateliers, pour deux spectacles qui constituent une première à Lyon. Christophe Perton montera d'abord Acte dans la stimulante petite salle des Célestins. Un face à face implacable entre une terroriste condamnée à mort et le médecin venu l'examiner en prison. Un rapport de force qui sera une nouvelle fois pour Lorén l'occasion d'un retournement insidieux et une façon d'interroger les valeurs et la mémoire des sociétés occidentales. L'autre pièce de Lorén concerne la violence des jeunes. C'est Simon Delétang, le tout nouveau directeur des Ateliers qui la montera en mars 2009. Froid s'intéresse à la violence extrême de trois skin-heads qui finiront par mettre à mort un jeune coréen. Une pièce d'une rare crudité qui sera complétée par la lecture dans la petite salle des Ateliers d'une troisième pièce. 20 novembre, inspirée du journal laissé sur internet par un ado juste avant qu'il ne parte fusiller son lycée. Trois occasions en or de découvrir pour la première fois à Lyon un des plus grands auteurs contemporains. LH

Froid mis en scène par Simon Delétang + lecture de 20 novembre aux Ateliers du 12 mars au 3 avril 2009

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut