Jean-Wilfried-Martin_image-gauche

Vidéosurveillance : la droite dénonce un "double discours" de J-P Bret

Jean-Wilfried Martin, Président du groupe Les Républicains au conseil municipal de Villeurbanne et conseiller de la Métropole de Lyon, dénonce dans un communiqué des positions contradictoires de Jean-Paul Bret sur la question de la vidéosurveillance.

Dans un communiqué diffusé hier soir, le conseiller à la Métropole de Lyon Jean-Wilfried Martin pointe le soutien apporté par le groupe La Métropole Autrement et son Président Jean-Paul Bret à l’installation de caméras de vidéo protection dans les parcs de Parilly et de La Croix-Laval (deux espaces situés en dehors de la commune villeurbannaise donc), mesure adoptée lors de la réunion du conseil de la Métropole du jour même. Selon M. Martin, qui est également Président du groupe Les Républicains au conseil municipal de Villeurbanne, cette position à La Métropole s’inscrit en contradiction avec les orientations défendues par M. Bret en tant que maire, qui ne voudrait "pas de vidéo protection considérée comme inefficace à Villeurbanne".

Un maire au double-discours ?

En effet, le maire de Villeurbanne est connu pour son scepticisme quant à un réel impact de la vidéosurveillance sur le nombre d’actes de délinquance. Dans une tribune publiée en 2010 par Le Monde, il indiquait ainsi que "parmi les études menées par de nombreux chercheurs, […] aucune ne permet de conclure à une efficacité quantifiable", tout en concédant "qu’en quelques cas de figure elle peut s’avérer efficace, notamment dans des espaces clos". Après avoir réaffirmé ces positions durant la dernière campagne municipale, il avait contre toute attente donné son feu vert à l’installation de six caméras de surveillance dans l’espace public villeurbannais.

"Trafic de drogue, règlements de compte et véhicules brûlés"

Jean-Wilfried Martin est quant à lui un fervent supporter de l’installation d’un véritable réseau de vidéosurveillance à Villeurbanne. Il estime, dans le même communiqué, que "les caméras dissuadent les délinquants, font diminuer le nombre de faits délictueux commis, facilitent la levée du doute, l’identification des auteurs et l’administration de la preuve". Des effets qu’il met en parallèle avec l’état d’insécurité de Villeurbanne, puisque selon lui "les actes délictueux commis sur le territoire villeurbannais augmentent". L’élu affirme encore que "la ville subit le trafic de drogue, les règlements de compte et les véhicules brûlés" et annonce que "le temps de l’action est venu", mettant en avant la nécessité de "sortir des débats de petite politique politicienne".

à lire également
Centre de protection urbaine de Lyon, 2011 © Tim Douet
Les débats philosophiques des décennies passées sur la vidéosurveillance semblent avoir laissé place à une approche dite “pragmatique”, mais surtout favorable à cette technologie. Même les communes traditionnellement contre, comme Villeurbanne, sautent le pas. Le dispositif permettrait d’apaiser la vie de la cité. Comme en témoigne le bilan de l’expérimentation des caméras-piétons par les policiers municipaux de Rillieux-la-Pape, plébiscitées.
4 commentaires
  1. Kasneh - 31 mai 2016

    Si la vidéo n'empêche pas le passage à l'acte, elle le limite et l'enregistre. Malgré les faits, 'Le bien vivre ensemble' à la vie dure à Villeurbanne.

  2. SophieV - 1 juin 2016

    Bret préfère se faire insulter par les délinquants ( 14 juillet 2015 ) sans broncher. Certains quartiers de Villeurbanne sont livrés à eux mêmes; malgré les alertes répétées des habitants, la mairie fait la sourde oreille; on laisse faire les trafics ( Tonkin ) à ciel ouvert et en plein jour.

  3. Dalila - 4 juin 2016

    Je confirme pour le quartier des Tonkins qui est devenu en l'espace de quelques mois une ZUP au milieu de la ville!! Les nuisances y sont multiples: shit, alcool, provocations, crachats, déchets, musique à pas d'heure, scooter quads et compagnie devant tout le monde. Aucun respect! La mairie se contente de vous orienter vers la police qui elle ne passe pas quand on les appelle. Résultat : ils se prennent pour les rois et n'ont plus de limites et NOUS devons subir en silence. Être obligé de déménager pour ces merdeux est tellement injuste mais hélas cela devient la seule solution. Nous donnerons nos impôts locaux à d'autres municipalités plus à l'écoute....

  4. Kasneh - 13 juin 2016

    Comme le vent tourne NVB va venir faire sa petite musique éducative à Villeurbanne.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut