videosurveillance

Vénissieux : 56 caméras dédiées à la vidéoverbalisation

À partir du 20 mai, la police de Vénissieux se verra dotée d’un nouvel outil. Les 56 caméras déjà installées en ville permettront désormais de verbaliser les manquements au code de la route dans la commune lyonnaise.

Vénissieux va rejoindre Saint-Priest, Oullins et Rillieux sur le chemin de la vidéoverbalisation. Dès ce samedi, les caméras dont dispose la commune surveilleront les conducteurs et les piétons en infraction. Les agents du centre de supervision urbain seront en mesure de dresser des procès-verbaux électroniques. “Nous nous appuyons sur les 56 caméras de voie publique déjà existantes. Nous verbalisons les infractions sans aucune interpellation, explique Michel Picard, la maire de la commune, si un agent poursuit un quad ou un deux-roues, ça peut créer un trouble à l’ordre public. Là personne n’est en danger. Ce dispositif est en complément des contrôles routiers.” Dans les faits, 11 infractions au code de la route seront sanctionnées : absence de casque pour les deux-roues, usage du téléphone portable, franchissement d’une ligne continue, non-respect d’un feu rouge ou d’un stop, etc.

à lire également
Centre de protection urbaine de Lyon, 2011 © Tim Douet
Les débats philosophiques des décennies passées sur la vidéosurveillance semblent avoir laissé place à une approche dite “pragmatique”, mais surtout favorable à cette technologie. Même les communes traditionnellement contre, comme Villeurbanne, sautent le pas. Le dispositif permettrait d’apaiser la vie de la cité. Comme en témoigne le bilan de l’expérimentation des caméras-piétons par les policiers municipaux de Rillieux-la-Pape, plébiscitées.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut