Vaulx-en-Velin : situation explosive aux abords du campement Rom

Les rodéos de voitures hostiles à l'implantation des Roms dans ce quartier de Vaulx-en-Velin se sont poursuivis la nuit dernière. Les Roms, qui ont identifié ces véhicules, gardent toujours farouchement leur squat. Ils sont 69, selon un recensement réalisé ce mardi matin par la police.

La nuit de lundi à mardi a été un plus calme, aux abords du campement Rom, situé avenue Grandclément à Vaulx-en-Velin. Ni coups, ni jets de pierres, mais toujours les mêmes voitures qui rodaient à proximité, klaxonnant, jusqu'à une heure du matin. Une source policière nous a indiqué ne pas croire à des éléments venus de l'extérieur, mais plus à des riverains excédés. Parmi eux, la police a identifié un voisin victime samedi d'un cambriolage et persuadé que les Roms en sont les auteurs. Cette version policière est à présent partagée par les Roms eux-mêmes, selon notre journaliste présent sur place. Certains d'entre eux ont reconnu des voitures impliquées dans les rodéos nocturnes et qui stationnaient plus tard dans le quartier, à quelques centaines de mètres. La situation risque-t-elle de dégénérer en représailles ?

Comme la nuit précédente, les Roms ont gardé leur squat, armés de barres de fer, de bois et désireux d'appréhender leurs agresseurs. Notre journaliste dépêché sur place a constaté des rondes policières, environ toutes les deux heures.

Ce mardi, à 7h, une dizaine de gardiens de la paix sont entrés dans le campement, flanqués de deux interprètres. Pour ce faire, ils ont brisé les cadenas qui protégeaient les entrées. Parmi eux, des agents de la police des frontières, venus effectuer un recensement et identifier d'éventuelles personnes recherchées pour des délits ou soumises à une obligation de quitter le territoire français, prélude à une expulsion. Aucun individu correspondant à ces cas n'a été trouvé. 37 adultes ont été recensés et 32 mineurs, dont certains de bas âge. Le véhicule incendié dans la nuit de dimanche à lundi appartient bien à une personne résidant dans le squat, confirme un enquêteur. "Un témoin nous a signalé avoir vu trois individus encagoulés lançant un cocktail motolov sur la voiture", indique-t-il.

Article complété ce mercredi à midi : Durant la nuit de mardi à mercredi, des individus ont lancé des pierres, depuis la rive adverse de la Rize, sur les véhicules qui circulaient avenue Grandclément. A cet endroit, on trouve des jardins ouvriers. Par ailleurs, les rodéos nocturnes se sont poursuivis, avec une fréquence moindre comparée aux nuits précédentes.

Lire aussi : "Vaulx-en-Velin : les Roms attaqués"

à lire également
1 commentaire
  1. Jean - 14 mars 2012

    Il ne devrait pas être difficile de repérer les voitures qui font les rodéos. Que font les pouvoirs publics ? Ils ont peur ? Quant aux Roms, un accord urgent devrait être trouvé voire imposé à la Roumanie. Au diable l'Union Européenne et ses grandes leçons. Mieux vaut un retour forçé qu'une situation qui dégénère.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut