Tuerie de Tassin : ouverture du procès sous haute surveillance

Ce lundi s'est ouvert aux Assises du Rhône le procès de la tuerie de Tassin-la-Demi-Lune. Deux hommes, accusés de complicité de meurtre comparaissent dans cette affaire de fusillade. L'auteur présumé du crime, Farid T., est, quant à lui, toujours en fuite. Ambiance tendue pour l'ouverture du procès.

Les forces de police étaient presque plus nombreuses que l'auditoire ce lundi matin à la Cour d'assises du Rhône. Le tribunal avait fait appel aux forces du GIGN suite à des menaces anonymes reçues par téléphone vers 15 heures vendredi dernier et menaçant explicitement Abdelhamid H, accusé . Cette semaine s'annonce chargée. A la barre, Abdelhamid H. et Daniel A., tous deux accusés de complicité de meurtre et tentative de meurtre en bande organisée, écoutent le président de la Cour exposer le déroulé des faits, encore confus. La piste d'un règlement de compte n'est pas exclue.

Petit historique : le 12 juin 2005 à Tassin-la-Demi-Lune, vers 2 h 40 du matin, Ahmed M. et Nordine G sortent du casino le Lyon vert. Dix minutes plus tard, deux individus sur une moto s'arrêtent à leur niveau et ouvrent le feu sur les occupants de la voiture. Celle-ci percute alors violemment d'autres véhicules en stationnement tandis que les motards prennent la fuite. Une des victimes, Ahmed, décède sur place tandis que Nordine perd l'usage de ses jambes.

Un meurtre sur fond de grand banditisme

Cette affaire met en cause trois personnes : Abdelhamid H., Daniel A. et Farid T. qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt depuis 2007 et est actuellement en fuite au Maroc. Un quatrième homme, Drice M. est également impliqué dans le meurtre mais ce dernier s'est tué en chutant du toit de son immeuble lors d'une interpellation en novembre 2005. Les quatre hommes se connaissaient et se trouvaient au casino le Lyon vert le soir du meurtre. Le dossier des enquêteurs laisse penser qu'ils connaissaient également les victimes Ahmed et Nordine.

Ces derniers, multi-récidivistes, avaient été mis en examen en 2004 dans la même affaire de trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs. Si l'on ne connait pas encore le mobile du meurtre, les interrogatoires ont pu mettre en évidence un possible conflit pour un trafic de drogue. Les suspects auraient suivi et surveillé les victimes jusqu'à leur sortie du casino. De leur côté, ils clament leur innocence. Le jugement devrait être rendu vendredi.

à lire également
nordahl-lelandais-voudrait-qu-une-seule-arrestation-resolve-tout-ce-qu-n-pas-pu-resoudre
Nordahl Lelandais a reconnu avoir giflé la petite Maëlys de Araujo et s'être battu avec le caporal Arthur Noyer. Des gestes qui, dans les deux cas, auraient entraîné la mort sans intention de la donner, selon la défense du suspect, toujours interné à l'hôpital psychiatrique du Vinatier à Lyon. Nordahl Lelandais reste sur sa ligne […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut