TLM échappe à Aulas

La nouvelle risque d’en surprendre plus d’un “en ville”. Depuis des mois, toutes les rumeurs, toutes les confidences, toutes les sources “bien renseignées” n’allaient que dans un seul sens pour dire : “TLM sera vendue à l’OL. C’est fait. Il n’y a plus qu’à attendre la confirmation du CSA.” Et finalement non. Le Progrès, pressé par son actionnaire le Crédit Mutuel de vendre sa télévision locale déficitaire (1,4 million de pertes en 2009, contre 1,7 million en 2008), a finalement retenu l’offre présentée par l’actuel directeur général de la chaîne, Jean-Pierre Vacher. Une lettre d'exclusivité doit être paraphée aujourd'hui, prévoyant l'ouverture de négociations exclusives avec Jean-Pierre Vacher. Contacté par Lyon Capitale, ce dernier confirme et nous fait par de sa "grande satisfaction". Il ajoute : "le plus dur commence !" La vente devrait se faire à l'euro symbolique.

Un seul pool de journalistes polyvalents

Soutenu par l'équipe dirigeante de TLM et ses salariés, Jean-Pierre Vacher a présenté début mars un plan baptisé "TLM 2015", qui vise à retrouver l'équilibre en trois ans, grâce à une "refondation" y compris sur le plan éditorial de la chaîne. Dès septembre prochain, TLM pourrait avoir une nouvelle identité visuelle, de nouveaux décors, un nouveau site internet et surtout une nouvelle grille de programmes. Objectif : en faire une chaîne d’information en continu, disponible aussi bien sur la télé, que sur téléphone ou internet. Pour cela, la rédaction sera complètement réorganisée, les différents services fusionnés pour créer un seul pool de journalistes polyvalents.

2 millions d'euros d'investissements privés

Pour mener à bien ce projet, Jean-Pierre Vacher est parvenu a rassembler une douzaine d'investisseurs privés qui apporteront 2 millions d'euros. Parmi eux : Alain Mérieux, Bruno Rousset (Evolem), Jean-Christophe Larose, Roland Tchénio (Toupargel), Jean-Claude Lavorel (LVL Médical, représenté à la conférence de presse par Ludovic Bellein), Christian Barqui (Barquinvest) et quelques autres qui attendent le résultat de la vente avant de se dévoiler. Jean-Pierre Vacher aurait en outre décidé d'investir personnellement dans l'entreprise, comme une partie de l'équipe dirigeante. Pour trouver son équilibre, TLM devrait solliciter d'avantage les collectivités locales.

Jean-Michel Aulas ambitionnait lui de faire de TLM, comme il l’a confié à Lyon Capitale, une “télé moderne, un peu comme on la rencontre à New-York”, “une télé locale proche du public avec des orientations très marquées autour du sport” et surtout "une télé qui gagne de l'argent". Malgré des messages rassurants passés auprès des salariés de TLM, ces derniers s'étaient opposés au projet de reprise par l'OL, estimant que cela se traduirait par beaucoup plus que les 5 licenciements prévus dans le plan présenté par Jean-Pierre Vacher, et la disparition "à terme, du caractère pluraliste, local et généraliste de TLM."

En début d'après midi, l'OL a confirmé que son offre n'avait pas été retenue et a adressé à Jean-Pierre Vacher et son équipe "tous ses voeux de réussite".

à lire également
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale - En difficulté financière, RMC doit se séparer de ses bureaux régionaux. RMC Lyon est condamné. En 1998, RMC prévoit le licenciement de 120 employés avant la fin de l'année. Touchée par une situation financière difficile, la radio se prépare en effet à se séparer de ses […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut