Si Macron est élu, "cela deviendra très vite ingouvernable"

Éphémère candidate du PS aux législatives dans la circonscription de Caluire-et-Cuire, Natacha Verpillot avait d'abord soutenu Emmanuel Macron avant de rallier Benoit Hamon. Un choix que peu de socialistes ont fait avant elle dans la métropole.

Lyon Capitale : Pourquoi avoir soutenu Emmanuel Macron avant de finalement soutenir Benoît Hamon ?

Natacha Verpillot : J'étais collaboratrice de Jean-Louis Touraine et je me suis aperçu que, de par ma fonction, mes choix politiques n’étaient pas les miens. J’avais du mal à savoir quand ces choix étaient les miens et quand ils étaient ceux de mon employeur ou du système politique lyonnais. Au second tour de la primaire, je me suis sentie plus proche de Benoît Hamon que de Manuel Valls. Ça a été un vrai électrochoc pour moi.

Est-ce qu'il y a eu des pressions directes de la part du maire de Lyon et de son entourage ?

Il n'y a pas eu de pression directe, mais plutôt une ambiance qui gravite autour de Gérard Collomb et du système lyonnais. Le vrai souci dans notre système politique, c'est que l'on n'a jamais limité le cumul des mandats dans le temps. Cela installe les élus locaux dans un paysage politique et crée des allégeances. Or selon moi, la présidentielle est trop importante pour que l'on choisisse un candidat en fonction de fidélités locales plutôt qu'en fonction du projet de société que l'on souhaite.

Pour vous le "ni gauche, ni droite" d'Emmanuel Macron est-il tenu ?

Oui parce que l'on ne sait pas où il se situe. Personnellement, ça me gêne beaucoup. Je pense que les clivages droite/gauche se réactiveront s’il est élu. Les soutiens de droite et de gauche d'Emmanuel Macron se rendront alors compte de l'intégralité du programme et non de ce qui les intéresse et cela deviendra très vite ingouvernable.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Natacha Verpillot dans l’Autre Direct dans la vidéo ci-dessous.

à lire également
David Kimelfeld en meeting à Lyon © Antoine Merlet
Ce mercredi soir, David Kimelfeld tenait son premier meeting officiel en tant que candidat à la présidence de la métropole. Trois jours après le choix de La République en Marche d'investir Gérard Collomb, l'actuel président de la métropole a apporté la preuve que sa dynamique n'était en rien émoussée. Il a réuni autour de lui près de 1 000 personnes.
1 commentaire
  1. inesP - 4 avril 2017

    Pourquoi la France est-elle injustement traité par l'oligarchie mondiale ?!? Les autres pays de l'EuroReich (zone euro) ont tous eu droit a des anciens de Goldman-Sachs et nous on doit se contenter d'un ancien de Rothschild !!! C'est pas normal !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut