élèves école primaire
©Charlotte Santana

Rythmes scolaires à Vénissieux : l'opposition "exige un référendum"

Alors que la municipalité a décidé de maintenir la semaine de 4,5 jours dans ses écoles et a promis une consultation d'ici la rentrée 2019, l'opposition demande à ce que les parents d'élèves et les enseignants soient consultés au plus vite par référendum.

La semaine de 4,5 jours se poursuivra-t-elle dans les écoles de Vénissieux ? Après qu'une centaine de parents et d'enseignants aient manifestés devant l'hôtel de ville pour réclamer une consultation sur les rythmes scolaires en vue de la rentrée 2018, une opération "école morte" dans l'ensemble des établissements Vénissians serait programmée par des parents d'élèves avec le soutien d'enseignants ce mercredi. Des mobilisations qui n'auraient pas pour but "d'imposer la semaine de 4 jours", écrit le président du groupe divers droite du conseil municipal, Christophe Girard, mais plutôt "la mise en place d'une consultation des parents d'élèves et des enseignants".

"Il faut faire vite"

Une consultation pourtant promise par la mairie de Vénissieux, mais dans un calendrier beaucoup plus long. En effet, la maire communiste de la ville, Michèle Picard, a choisi de conserver la semaine de 4,5 jours et d'envisager une consultation des parents et enseignants d'ici la rentrée 2019. "Il est encore temps de réagir, mais il faut faire vite car un retour aux 4 jours demandera un travail d'adaptation et de réorganisation des structures scolaires et associatives", écrit l'opposition, qui "exige la mise en place, en toute urgence, d'un référendum sur les rythmes scolaires à Vénissieux". Un référendum qui pourrait d'ailleurs intégrer d'autres dimensions que les seuls rythmes scolaires. "Pour ajouter du sens à cette démarche de changement, notre groupe demande que soit intégrée au référendum une vraie réflexion sur un soutien scolaire municipal, comme à Villeneuve-la-Garenne, voire numérique comme dans la ville de Chelles, et la question de l'uniforme d'écolier comme Christophe Quiniou maire de Mézieux à l'occasion du référendum qu'il a organisé dans sa ville au sujet des rythmes scolaires" ajoute Christophe Girard.

à lire également
Nathalie Dompnier © Tim Douet 87-001
Dans une tribune publiée sur l'Étudiant-Educpros ce mercredi, six présidents d'universités dont Nathalie Dompnier (Lumière Lyon 2) demandent l'ouverture des négociations sur la loi ORE. C'est un signe que le mouvement contre parcoursup est en train de prendre de l'ampleur. Ce mercredi six présidents d'université, dont Nathalie Dompnier, ont demandé l'ouverture des négociations sur la […]
1 commentaire
  1. ridfa69 - 26 février 2018

    la dictature communiste à encore frappé

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut