Présidence de la LICRA : 1er round positif pour Jakubowicz

Après des premiers votes régionaux positifs, Alain Jakubowicz est en piste pour un second tour prévu en janvier. Sa spécificité : porter une candidature non parisienne et recentrée sur l'antiracisme en général.

Jaku semble avoir passé l'étape du premier vote des militants hier dans la section Rhône-Alpes. Les 38 délégués élus pour représenter prochainement la Licra Rhône-Alpes au Congrès National (du 30 et 31 janvier) soutiendront en totalité, nous dit-on de sources renseignées, la candidature de l'avocat.

En effet, l'Assemblée générale extraordinaire, qui s'est tenue hier à la mairie du 3ème arrondissement, devait offrir, et c'est le mode de désignation des grands électeurs de la ligue locale, la totalité de ses voix à une candidature. Sans trop de suspens, Jaku sera certainement à Paris pour défendre la sienne au deuxième tour. Le fait de réaliser un « vote bloqué » sur une seule candidature, dans la deuxième section de France, donne à l'ancien adjoint de Michel Noir la quasi certitude de jouer un rôle à Paris fin janvier.

Une candidature non-parisienne de poids

On ne peut actuellement donner aucun résultat précis sur l'ensemble des élections locales puisque le mode de scrutin de désignation de délégués ne permet pas d'affirmer quantitativement le nombre de soutiens par motion. La désignation des délégués est nominative et n'est pas forcément attachée à une liste (même si certaines fédérations permettent aux candidats à la délégation de le mentionner clairement).

La performance ne serait alors pas sans intérêt si elle était confirmée le mois prochain : Jaku porterait alors les couleurs d'une candidature non-parisienne. Pour l'heure, on ne crie surtout pas à la victoire du côté du comité de soutien puisque l'élection est complexe et ne semble pas pouvoir être gagnée d'avance pour aucun camp. Plusieurs autres candidats sont en effet en lice, tous représentent encore aujourd'hui une certaine domination parisienne : Philippe Benassaya, Gérard Unger, et Martine Benayoune.

Sur le terrain de l'antiracisme

Mais la spécificité de la candidature de Jakubowicz ne se situe pas seulement sur son enracinement lyonnais, elle se trouve également dans une volonté de recentrer l'action de la LICRA sur le terrain de l'antiracisme en général. Discours que certains pouvaient penser handicapant dans sa campagne d'outsider mais qui semble visiblement faire son chemin parmi les militants. Et les derniers débats sur l'identité nationale ont peut-être également renforcé la proposition de l'avocat.

Patrick Kahn, porte parole de la LICRA Rhône-Alpes, tire un bilan de cette première partie des élections : « C'est une vraie campagne. C'est très rare qu'elle soit aussi aussi longue – depuis septembre tout de même –, et d'avoir en même temps les engagements soutenus des candidats et des militants, l'investissement dans le débat d'idées avec des personnalités venues régulièrement aux soirées organisées dans un grand nombre de fédérations. Cela dénote, dans le contexte actuel des discours ambiants, du besoin d'une organisation qui puisse porter les débats.  » La campagne de terrain semble donc avoir porté ses fruits pour Jaku, même si nous devons pour l'instant mettre notre information sous réserve des résultats du premier tour du congrès fin janvier.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut