© Manon Botticelli

Nouveaux Vélo’v : les Lyonnais donnent leur avis

4 000 nouveaux vélos ont été installés dans la nuit du 17 au 18 juillet. Au petit matin, les usagers ont pu bénéficier de Vélo’v flambant neufs. Qu'ont-ils pensé de ces nouveaux vélos ? Rencontres et témoignages.

Mercredi matin, les cyclistes lyonnais se sont réveillés avec une belle surprise : adieu le vieux Vélo’v lourd et abîmé, bonjour le nouveau Vélo’v neuf et rutilant ! Ni vu ni connu, les équipes de JCDecaux ont remplacé tous les vélos rouges de l’agglomération en l’espace d’une nuit. Plus légère et maniable, cette nouvelle version semble séduire la majorité des usagers.

Jean-Claude se définit comme “un vétéran”, abonné depuis 2005, “sans doute un des trois mille premiers”, affirme-t-il. Pour lui, la légèreté du nouveau vélo est une belle innovation par rapport aux générations précédentes. Le design aussi plaît beaucoup, plus fin avec un “faciès sympathique”, estime cet abonné de la première heure. Quelques améliorations sont plutôt populaires, comme le panier, plus pratique. “Les nouveaux vélos sont flambant neufs, donc on ne rencontre aucun problème, ils sont plus maniables et le panier est plus grand. La selle aussi est plus facile à régler”, explique Marie, une jeune véloveuse visiblement déjà conquise. Les usagers sont surtout soulagés de pouvoir enfourcher de nouveaux vélos après les dysfonctionnements des dernières semaines. “Les anciens Vélo’v étaient très dégradés, que ce soit au niveau des freins ou des pédales, beaucoup étaient cassés ou usés”, confie Eric, croisé à la station Bellecour/République.

Quelques nostalgies

Certaines mises à jour plaisent en revanche beaucoup moins, comme la disparition de l’ancien système d’antivol avec câble, qui permettait d’attacher facilement son vélo le temps d’une course. Il sera remplacé par un cadenas électronique... qui arrivera à la rentrée. Cette innovation est totalement ignorée par les usagers rencontrés, qui pensaient que l’antivol avait tout simplement été supprimé. Alex, qui doit déposer un colis, regrette ce bon vieux câble. Même regret pour Nathalie, obligée de trouver une borne libre le temps de faire ses emplettes. La tâche s’est révélée compliquée ce mercredi dans le 1er arrondissement où il était impossible d’emprunter un deux-roues via une borne. Les usagers qui passaient par l'application pour déverrouiller les Vélo'v n'ont pas rencontré de problème. Fallait-il encore le savoir puisque l'information voyageur est aujourd'hui inexistante sur les bornes, et il n'existe aucune incitation pour aller vers l'application qui semble pourtant aujourd'hui incontournable.

Plusieurs usagers ont complimenté sa praticité. Mais certains, sans smartphone, se sentent laissés de côté, à l'image d'Alexandre, qui n'a pas d'autre choix que de passer par les bornes, “quand ça marche”, précise-t-il en faisant référence à plusieurs dysfonctionnements rencontrés. Alexandre attend avec impatience de pouvoir scanner sa carte directement sur le guidon, une autre fonctionnalité annoncée pour la rentrée. De son côté, Jean-Claude déplore l'escalade technologique du service, peu adaptée aux personnes âgées comme lui : “J’ai eu un problème une fois avec mon abonnement, j’ai dû demander de l’aide à une personne de ma famille car je ne comprenais pas”, explique-t-il.

Bientôt l'électrique ?

Arrivé en en nage place Bellecour, un utilisateur confie de son côté avoir eu des difficultés à pédaler sur les nouveaux vélos. Une impression partagée par plusieurs usagers croisés sur les routes lyonnaises. Chris, venu garer son deux-roues rue de la République, confirme que son voyage a été plus physique qu’à l’accoutumée : “Il y a effectivement une résistance dans le pédalage sur toutes les vitesses”, affirme-t-il. Lyon Capitale a obtenu une réponse du groupe JCDecaux sur ce ressenti récurrent : “Cela est dû principalement aux freins trop serrés lorsque les Vélo'v sortent de l'usine. Ces réglages vont se faire tout seuls avec quelques usages et nos équipes de maintenance interviendront là où c'est nécessaire.” En attendant, face à cette résistance qui rend les montées encore plus difficiles, certains se demandent : “A quand l’électrique ?” Si la plupart des utilisateurs rencontrés expliquent pouvoir se passer d’une assistance, la majorité souligne l’intérêt d’un tel service pour les usagers croix-roussiens. 2 500 vélos hybrides proposant une assistance électrique avec une batterie portable devraient arriver en 2020 sur le territoire lyonnais, sous réserve de l'installation de 100 panneaux publicitaires numériques. En attendant, le nouveau Vélo’v a de beaux jours devant lui, même si quelques éléments sont en cours de rodage.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut