Michel Neyret incarcéré

Article actualisé depuis l'incarcération de Michel Neyret

Le commissaire Neyret a été mis en examen et placé en détention provisoire lundi soir après son passage devant les juges Patrick Gachon et Hervé Robert. Le n°2 de la PJ lyonnaise est poursuivi pour corruption active et passive, association de malfaiteurs, détournements de scellés, trafic de stupéfiants, trafic d'influence et violation du secret professionnel. La liste des incriminations est encore longue puisque Michel Neyret est suspecté de douze chefs d'inculpation. Ses avocats, Aurélie Sauvayre Gabriel Versini-Bullara, ont indiqué qu'ils allaient faire appel de la décision du placement en détention.

Durant les 96 heures de garde à vue, Michel Neyret aurait concédé des imprudences dans ses méthodes concernant des indicateurs. Un système de détournements de stupéfiants a, semble-t-il, été mis au jour afin de rétribuer des informateurs. L'enquête se poursuit. Les enquêteurs de la police des polices épluchent également l'importante documentation recueillie en Suisse après les perquisitions par le parquet de Genève la semaine dernière.

Michel Neyret devant le juge

Après 96 heures de garde à vue, le n°2 de la PJ lyonnaise, Michel Neyret, doit être présenté devant le juge dans la matinée. Cette durée de garde à vue, due à un régime dérogatoire, est réservée aux faits de terrorisme, de trafic de stupéfiant, à la criminalité organisée ou à des délits de blanchiment. Selon toute vraisemblance et d'après les échos des sources proches de l'enquête, Michel Neyret devrait être mis en examen dans les prochaines heures.

Soupçonné de corruption, de trafic de stupéfiants et de trafic d'influence, Michel Neyret a concédé lors de sa garde à vue une "imprudence". Les écoutes téléphoniques conduites par la police des polices sont elles accablantes dans leurs contenus, notamment sur les fuites que "le grand flic" aurait laissé filtrer auprès de malfrats du milieu dans plusieurs affaires leur permettant d'échapper à des descentes de police.

Les enquêteurs de la police des polices essaient de comprendre la nature des liens qui unissent Michel Neyret et Gilles Tépié, un trafiquant qui avait réussi à échapper à la brigade des stups de Paris après que ceux-ci eurent mis la main sur 111 kilos de cocaïne dans un appartement de Neuilly-sur-Seine en novembre 2010. Des écoutes font état de conversations entre Neyret et Tépié qui aurait réussi à prendre la fuite vers Dubaï après cette affaire selon quelques sources policières qui donnent cette information.

Des amis qui mènent la grande vie

Des comptes en Suisse auraient été également mis au jour. Ces comptes seraient pour la plupart au nom de son épouse, Nicole Neyret qui a été mise en examen samedi pour trafic d'influence, recel de corruption et association de malfaiteurs. Elle a été laissée en liberté sous contrôle judiciaire.

Il est également reproché à Neyret d'avoir rémunéré des indics et de s'être fait offrir un voyage à Marrakech et des voitures de luxe sur la côte d'Azur. Est-ce illégal ? Pas vraiment sauf si ces dons cachent autre chose qu'une relation d'amitié. Les auteurs généreux de ces cadeaux ont également été placés en garde à vue. Il s'agit de Gilles Bénichou et de Stéphane Alzraa, tous deux Lyonnais. Ce dernier, trentenaire, vivait grand train à Cannes. Il possèderait un yacht et son logement lui coûterait une dizaine de milliers d'euros par mois.

Gilles Bénichou est présenté comme une figure de la nuit lyonnaise quand d'autres expliquent qu'il serait lié à la famille Bellaïche du gang des postiches. Bénichou a été mis en examen samedi pour corruption et trafic d'influence sur personne dépositaire de l'autorité publique. Il a été placé en détention provisoire. Lors de son interrogatoire, Michel Neyret aurait reconnu des liens d'amitié avec lui.

Vers une audition voire une interpellation de magistrats

Michel Zaragoza a également été placé en garde à vue dans le sillage de Michel Neyret. Ancien braqueur reconverti dans le commerce de voitures, Michel Zaragoza a été aperçu à de nombreuses reprises en compagnie du n°2 de la PJ lyonnaise. De source proche du dossier, il semble qu'en dépit de son lourd passé judiciaire de braqueur, la fiche de Zaragoza ait été purement et simplement supprimée du fichier Canonge, cette base de données de la police qui informe avec photos à l'appui des crimes et des délits des voyous.

Lors de sa garde à vue, Michel Zaragoza a été pris d'un malaise. Il a été transporté dans une clinique parisienne.

Après la relative accalmie du week-end, l'enquête devrait s'agiter à nouveau. Une source proche du dossier nous indique en effet que des auditions voire des arrestations de magistrats dans la région lyonnaise et sur la Côte d'Azur sont en préparation et devraient donner à cette affaire une ampleur plus grande que ce qu'elle a déjà.

à lire également
Le procès pour corruption de l'ancien numéro 2 de la PJ lyonnaise est terminé. Mais son "amigo", Gilles Benichou, extradé depuis le Maroc, pourrait faire appel de sa condamnation par contumace, ouvrant la voie à une nouvelle exposition de l'affaire devant les tribunaux.   
2 commentaires
  1. rifdel’atlas - 3 octobre 2011

    ah ah ah j'me marre et en même temps c'est dommage pour cette PJ réputée et ce grand flic... mais j'me marre et c'est pas fini!

  2. Sophie_Lyon - 3 octobre 2011

    Ah c'est pratique d'avoir un flic haut placé dans ses amis; Hop ! braqueur effacé des fichiers...alors que le voleur de scooter est embarqué menottes aux poignets pour faire du chiffre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut