Jean-François Debat, président du groupe à la région © Tim Douet

Meyzieu : le nouveau lycée Arnaud Beltrame continue de diviser

Les socialistes et démocrates de la région demandent une explication à Laurent Wauquiez concernant le choix d’implanter un nouveau lycée à Meyzieu, tandis que le maire de Genas regrette que la communauté de communes de l’Est-Lyonnais n’ait pas été choisie pour implanter le nouveau lycée.

Dans une conférence de presse tenue hier matin, Laurent Wauquiez présentait le projet d’un nouveau lycée qui serait implanté dans la commune de Meyzieu. Certains parents d’élèves contestaient déjà cette décision, jugeant le lycée trop éloigné pour une grande partie des élèves. Le groupe Socialistes et démocrate de la région conteste également cette décision. "Les conseillers régionaux socialistes & démocrates reconnaissent le bien-fondé de la construction d’un lycée dans l’Est-Lyonnais", assure dans un communiqué Jean-François Debat, président du groupe à la région. Cependant, la décision d’établir le lycée sur la commune de Meyzieu le laisse dubitatif. Le choix de Meyzieu résulte selon les socialistes "d'une incapacité à mener une concertation digne de ce nom. […] Rien en commission, ni aucune délibération, ni aucun appel d'offres n'ont été votés. Pire, quand les élus du groupe socialiste & démocrate ont tenté d'obtenir des clarifications lors de la commission "Lycées", ils se sont vu répondre qu'ils auraient toutes les informations au moment de la publicité de la décision, c'est-à-dire dans la presse !", explique le président du groupe. Quant aux concertations, la région reconnaît que les conseillers régionaux « ne peuvent pas être convoqués à chaque fois. Pour livrer un lycée dans les temps, c’est l’efficacité qui prime. La décision revient à l’exécutif qui s’est concerté avec l’éducation. » Maire de Genas, Daniel Valero regrette lui aussi le manque de concertation : "Mon opposition, qui a signé la pétition avec les parents d’élèves mécontents, m’a expliqué qu’elle faisait partie de la majorité et qu’elle se pliait à la décision du président. Quant aux maires de Saint-Laurent-de-Mure et de Saint-Bonnet-de-Mure, ils disent eux aussi être satisfaits de ce choix d’implantation. Pour moi, le mieux pour nos habitants, c’était Genas : il y a des temps de trajets acceptables, un site agréable et déjà viabilisé par la ville."

Une vieille rancœur politique ?

Implanter le lycée dans la commune de Meyzieu ferait écho, selon les socialistes, à une ancienne querelle opposant Philippe Meunier, vice-président de Laurent Wauquiez à Daniel Valero, actuel maire de Genas qui avait appelé à faire battre Philippe Meunier lors du deuxième tour des élections législatives de 2017. "Je ne dis pas qu’il s’agit d’une revanche politique, mais si c’est le cas, c’est regrettable. Ce n’est pas moi personnellement qui subis les choses, ce sont les lycéens et futurs lycéens", décrypte le maire de Genas. "Ce n’est pas juste le fait d’un maire insatisfait, mais cette décision n’est clairement pas suffisante, et le travail doit se poursuivre pour doter l’Est-Lyonnais de moyens suffisants pour accueillir les futurs lycéens, et répondre à l’essor démographique de ce territoire", explique le groupe socialiste. Pour la suite, les socialistes et démocrates espèrent voir poindre une "réelle concertation", quant à la poursuite du travail de la région pour répondre aux besoins de l’Est-Lyonnais. Daniel Valero compte lui aussi défendre sa commune pour l’implantation d’un prochain lycée dans le secteur : "Avec les mouvements de population, je me dis que peut-être demain, on annoncera un nouveau lycée sur la communauté de communes. Malgré tout, si je reste positif, je constate que les Genassiens vont gagner en confort et en temps de trajet avec ce nouveau lycée à Meyzieu."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut