Métro TCL sytral © Tim Douet
Métro TCL © Tim Douet

Lyon : une grève TCL alors que tout le monde est d'accord

Depuis le lundi 12 novembre, les régulateurs du réseau métro de Lyon sont en grève, entraînant plusieurs perturbations. Pour certains, cette grève est "incompréhensible", Keolis et les régulateurs étant d'accord sur le fond des revendications.

Tous les jours depuis lundi, les régulateurs du réseau métro de Lyon débrayent à plusieurs reprises, entraînant des perturbations sur les lignes A,B,C et D, ainsi que les funiculaires. Les raisons de cette grève ? Des discussions ont lieu depuis plusieurs mois à propos de l'automatisation de la ligne B en 2020. Ils reprochent à Keolis de vouloir diminuer le nombre de régulateurs lors de certaines périodes creuses comme la nuit et demandent : "un niveau d’effectif optimum pour maintenir la sécurité de l’exploitation et des usagers du métro, quel que soit la période de la journée".

Actuellement, il y a 21 régulateurs sur la ligne A,B et C, et 20 sur la ligne D. Avec la nouvelle organisation, ils devraient être 27 / 28 pour A, B et C, la D ne changeant pas. Concrètement, aujourd'hui, il y a 3 régulateurs en poste sur la D, de jour comme de nuit. Pour A, B et C, à partir de 2020, ils seront 5 le matin, 5 l'après-midi, et au moins 4 la nuit et autres périodes creuses, selon nos informations (contre 4 en heure de pointe et 3 en heure creuse aujourd'hui). Une source résume : "Les régulateurs et Keolis sont globalement d'accord, il peut encore avoir des négociations pour les heures creuses, mais pas de quoi bloquer le réseau plusieurs fois par jour. On parle d'une organisation pour 2020 qui n'a pas encore été mise en place".

Négocier avec ou sans la grève ?

Dès lors, pourquoi la grève continue-t-elle à Lyon alors que les deux parties sont d'accord sur le fait qu'il faille augmenter les postes de régulateur ? C'est là où les choses deviennent plus compliquées. Les régulateurs veulent négocier tout en maintenant le mouvement de grève, quand Keolis veut que les débrayages s'arrêtent pour échanger. L'exploitant du réseau précise : "Lors d’une réunion en groupe de travail sur l’organisation du PC métro – alors que nous avancions ensemble avec les régulateurs et étions en phase sur l’organisation de travail -  la CGT a fait le choix de quitter la table des discussions et de se lancer dans un mouvement social. Le dialogue ne peut continuer dans ces conditions, l’arrêt de la grève est un préalable à la poursuite des groupes de travail. Nous sommes disponibles à rencontrer les régulateurs pour en discuter ensemble". Reste donc désormais à savoir qui fera le premier pas. En attendant, les usages de la ville sont dégradés, alors que les deux parties tiennent un discours proche.

à lire également
Résultats du bac dans un lycée lyonnais © Tim Douet
Une étude de l’Insee révèle que la région devrait connaître l’augmentation la plus importante du nombre d’élèves en France. Une hausse qui s’explique par une croissance démographique plus importante en Auvergne-Rhône-Alpes qu’ailleurs.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut