faits divers
Image d’illustration

Lyon : le jeu sexuel était un piège, il est agressé, trois mineurs arrêtés

Après avoir fait une rencontre en ligne, un homme de 45 ans a accepté d'être ligoté, espérant avoir une relation intime avec un autre individu, puis s'est fait cambrioler et agresser. Trois suspects, mineurs, viennent d'être arrêtés.

Le 8 novembre, dans le 4e arrondissement de Lyon, un homme de 45 ans invite chez lui un inconnu qu'il a rencontré via un réseau social. Il espère avoir une relation intime avec lui et accepte d'être ligoté par le jeune homme qui se présente à son domicile.

Une fois attaché, il voit deux autres individus rentrer chez lui et comprend qu'il vient d'être piégé. L'homme se débat et parvient à défaire ses liens. Il tente de s'opposer physiquement à ses agresseurs et reçoit des violents coups à la tête, dont certains portés à l'aide d'un extincteur (à onze reprises au niveau du visage, selon la police).

L'homme est laissé inanimé par les trois agresseurs qui prennent la fuite, volant au passage un téléphone portable et une tablette. Secourue rapidement et hospitalisée, la victime a reçu 30 jours d'ITT.

Une enquête a été ouverte, permettant de découvrir le profil génétique de l’individu qui a ligoté la victime. Par ailleurs, l'agression a été filmée et les enquêteurs ont découvert sur une vidéo un individu déjà connu de leur service.

Retrouvé suite à une autre tentative de vol

Le profil ADN retrouvé sur les liens correspondait à celui d'un mineur de 16 ans mis en examen et écroué le 5 janvier suite à la tentative de vol à main armée commise le 3 janvier dans un bureau de tabac à Villeurbanne (lire ici).

"Un second suspect était identifié par la Brigade Criminelle de la Sûreté Départementale comme étant le complice du premier lors de cette tentative de vol à main armée et également mis en examen et écroué dans cette affaire", précise la police. Enfin, un troisième individu, lui aussi âgé de 16 ans, a été identifié.

Le 8 janvier, les deux premiers ont été extraits des établissements pénitentiaires pour mineurs dans lesquels ils étaient incarcérés pour être entendus. Le troisième interpellé à son domicile.

"Lors de leur garde à vue, ils ont tous trois reconnu les faits écartant le caractère homophobe de l’agression et précisant qu’ils avaient l’intention de commettre un cambriolage. Ils ont expliqué avoir « paniqué » devant la réaction de la victime", indique la police.

Les trois suspects seront présentés au parquet de Lyon ce jeudi 9 janvier, en vue de l'ouverture d'une information judiciaire.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut