Lyon fait rêver les cadres parisiens

D'après une étude réalisée par Cadremploi.fr, Lyon ferait partie des trois villes avec Bordeaux et Nantes plébiscitées par les cardes parisiens.

Il semblerait que les cadres parisiens en aient assez de Paris. C'est en tout cas ce que Cardremploi.fr dévoilait ce mardi dans une étude montrant leur volonté de s'implanter en région notamment pour le cadre de vie. Les prix de l'immobilier, le coût de la vie et le temps passé dans les transports se distinguent parmi les points particulièrement pesants de la vie parisienne. Et pour fuir ce train de vie contraignant et le tumulte de la capitale, les cadres parisiens sont 8 sur 10 à souhaiter venir s'installer en province. Leurs villes de prédilection ? Bordeaux, Nantes et Lyon, le 2e pôle économique du pays.

S'installer à Lyon, la solution ?

La ville de Lyon présente de nombreuses opportunités à ces cadres venus tout droit de la capitale. Malgré sa 3e place, la ville se distingue sur de nombreux points face à Bordeaux et Nantes. Avec le deuxième PIB national, un taux de chômage de 8,8 % contre 10,3 % au niveau national au premier trimestre 2015 et 682 406 emplois dans le secteur, la capitale des Gaules a de quoi tirer son épingle du jeu. Marie-Françoise Doyat, directrice régionale HAYS Rhône-Alpes, explique à Cadremploi.fr que Lyon propose une offre d'emplois très diversifiée.

Une offre qui balaye aussi bien le secteur tertiaire que l'industrie puisque de plus en plus de grandes entreprises implantent leur siège à Lyon à l'instar de Sanofi Pasteur ou BioMérieux. Actuellement, les postes de cadres commerciaux seraient à privilégier dans la région lyonnaise. Néanmoins, de nombreuses opportunités seraient à pourvoir dans les domaines de l'informatique, des télécoms et de l'industrie selon HAYS, le cabinet international de recrutement spécialisé.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut