Lyon : encore des efforts à faire pour les handicapés

Les députés viennent de reporter une nouvelle fois l’échéance rendant obligatoire la mise en accessibilité des lieux publics aux personnes handicapées, et les associations grognent. À Lyon, même s’il reste du chemin à parcourir, la ville a perfectionné son service envers les handicapés.

La loi Handicap de 2005 fixait la date butoir au 1er janvier 2015 : 100 % des lieux publics devaient être accessibles aux personnes handicapées. Le chiffre était visiblement trop ambitieux, puisque seulement 40 % de ces lieux sont actuellement aux normes en France. "Nous sommes largement mécontents. L'Association des paralysés de France (APF) a fait beaucoup de lobbying pour éviter ce report, et l'on se retrouve à nouveau avec un délai supplémentaire de neuf ans", fulmine Gaël Brand, directeur de la délégation rhodanienne de l'APF.

Une ville handi-accueillante ?

En réalité, la première motion concernant l'accessibilité des personnes handicapées date de 1975. Cela fait donc quarante ans que les mesures sont attendues. Bien sûr, des progrès ont été réalisés depuis. "Être handicapé dans une grande ville ou en zone rurale, ce n'est clairement pas la même chose aujourd'hui, explique Gaël Brand. Sur les 59 communes de la métropole, certaines sont complètement hors des normes."

Le cas de Lyon est particulier. Des initiatives ont été lancées avant même la loi de 2005. "Il existait déjà un collectif interassociatif depuis les années 1990. Le Carpa (Collectif des Associations du Rhône Pour l’Accessibilité), qui s'est développé et compte 27 associations aujourd'hui. Cela nous a permis de peser sur les élus locaux, d’interagir directement avec les villes", explique Gaël Brand. Aujourd'hui, l'APF et le Carpa regroupent 600 adhérents, dont 100 bénévoles qui alternent entre les différentes actions.

Des efforts restent toutefois à concrétiser dans la métropole de Lyon. La priorité : les commerces. "C'est la vie quotidienne des personnes. Faire ses courses, se rendre chez le buraliste. Nous avons créé un label handi-accueillant pour encourager les aménagements. Il y a actuellement 250 labellisés sur les neuf arrondissements de Lyon." Concernant les transports, les lignes de bus sont à 80 % accessibles, le tramway l'est totalement. La problématique reste les anciennes lignes de métro (A, B et C) où les “palettes”, plateformes rétractables facilitant entrées et sorties, n'ont pas encore été mises en place. Enfin, "les écoles et les structures pour la petite enfance restent à aménager. Les ascenseurs, les salles de classe, les escaliers ne sont pas encore adaptés aux enfants handicapés. Pour les déficients visuels, il faut impérativement poser des balises sonores. La ville s'y est engagée il y a deux semaines pour certains bâtiments publics, on espère que cela aboutira à une prise de conscience", achève Gaël Brand.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut