Nouveau vélo'v

Les nouveaux Vélo'v arrivent cette nuit : tout ce qu'il faut savoir

Le Vélo'v est mort, longue vie au nouveau Vélo'v à Lyon ! Dans la nuit du 17 au 18 juillet 2018, les 4 000 anciens vélos partagés vont être remplacés par des nouveaux modèles plus modernes et surtout plus légers. Que va-t-il se passer ? Qu'est-ce qui va changer avec ce nouveau Vélo'v ? Découvrez les réponses à toutes vos questions.

Seul candidat à sa propre succession à Lyon, remplissant toutes les exigences de la Métropole, le groupe JCDecaux avait remporté en 2017 le nouveau marché de mobilier urbain comprenant Vélo'v. D'une durée de 15 ans, il repose toujours sur la même équation : la Métropole renonce à percevoir une partie des redevances publicitaires et obtient en échange un service de vélo partagé. Les Vélo'v 2 arrivent enfin dans les rues de Lyon, et sont accompagnés de nombreux changements, mais aussi interrogations.

Que se passe-t-il durant la nuit du 17 au 18 juillet ?

Durant la nuit du 17 au 18 juillet, les équipes de JCDecaux vont retirer l'intégralité des 4 000 anciens Vélo'v des rues de Lyon pour les remplacer par des nouveaux modèles. L'entreprise aurait pu choisir de réaliser progressivement l'opération, mais a préféré tenter la performance technique. Elle évitera ainsi de frustrer des clients qui auraient dû naviguer d'un modèle de vélo à un autre pendant plusieurs semaines. Proposer un service unifié dès le 18 juillet, c'est aussi la garantie d'avoir un parc qui ne nécessite pas d'adapter l'entretien et la maintenance en permanence.

Le service va-t-il être interrompu ?

En théorie non. Les anciens Vélo'v pourront être loués jusqu'à minuit avant d'être fixés en station pour que les équipes soient sûres de les récupérer facilement. À partir de 20 heures, les nouveaux Vélo'v qui seront déjà mis en place pourront être loués. Le groupe JCDecaux s'est fixé comme objectif de ne pas avoir de rupture du service. Néanmoins, il faudrait voir à l'usage comment les choses se déroulent. Depuis plusieurs semaines, des clients se plaignent de ne pas pouvoir louer de vélos alors que des stations sont pleines. L'information voyageur sera donc l'une des clés de la nuit.

Que vont devenir les anciens Vélo'v ?

Ils seront réutilisés dans d'autres villes où le groupe JCDecaux est déjà implanté, à l'image de Nantes. Les modèles qui sont trop abîmés seront recyclés ou serviront de pièces de rechange pour les vélos sur d'autres marchés.

Doit-on s'attendre à des bugs importants comme à Paris ?

Là encore, en théorie non. Une situation comme celle de Paris semble peu probable. À Lyon, le groupe JCDecaux a conservé son marché et propose des nouveaux vélos avec le même système d'attache aux bornes. Ces dernières sont modernisées sans être démontées. Le seul risque est un bug logiciel, mais sur ce point de nombreux tests ont été effectués ces dernières semaines. En 2005, les premiers jours de Vélo'v avaient été difficiles. Le service n'avait pas tenu face à un nombre important de réservations qui avaient saturé le système. À Paris, le marché publicitaire a été séparé de celui des vélos et le groupement Smovengo l'a remporté. De nombreux bugs rendent le service difficilement utilisable et un plan de sauvetage a été lancé par le consortium. Il a jusqu'à septembre pour redresser la barre.

L'abonnement va-t-il augmenter ?

C'est déjà le cas. L’abonnement annuel est passé de 25 à 31 euros. Les trente premières minutes sont toujours gratuites, mais la demi-heure suivante est de 0,75 à 1,50 euro, et la troisième de 1,50 euro à 3 euros. Le ticket journée bondit de 1,50 à 4 euros. Ceux qui veulent faire un trajet unique devront donc se tourner vers un ticket à 1,80 euro.

Ce Vélo'v 2 est-il meilleur ou s'agit-il de marketing pour faire passer la pilule d'un nouveau marché ?

Nous avons pu tester le Vélo'v en avant-première et il n'a plus rien à voir avec l'ancien modèle "tank". Plus léger, il se rapproche davantage d'un vélo de ville classique. Nous avons été agréablement surpris par le sentiment de solidité dégagé et la maniabilité du deux roues.

Pourra-t-on poser son Vélo'v n'importe où comme feu Gobeebike ?

Non, pas pour le moment. Des tests pour élargir le dépôt à des zones hors station (mais bien définies) sont prévus, mais le groupe JCDecaux ne souhaite pas voir se reproduire la situation Gobeebike et ses vélos balancés n’importe où. Le dépôt hors station sera “contrôlé”, assurent-ils.

Où sont les Vélo'v à assistance électrique ?

Il va falloir attendre 2020 pour découvrir les Vélo'v hybrides qui peuvent être utilisés de manière classique, où obtenir une assistance électrique en branchant une batterie portable dans le guidon. Pour obtenir ces 2 500 Vélo'v d'un nouveau genre, la Métropole de Lyon devra voter un nouveau règlement local de publicité et accepter cent panneaux numériques. Si ce n'était pas le cas, elle pourrait toujours se les offrir en les payant directement à JCDecaux ou diminuer un peu plus la redevance publicitaire qu'elle reçoit. Les débats ne font que commencer à la Métropole.

à lire également
Depuis le mois d’avril, les cyclistes ne cohabitent plus avec les piétons quai Sarrail. Sur cet axe reliant le parc de la Tête d'Or aux universités, une voie réservée aux vélos a été aménagée. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut