Inauguration du parc naturel régional de l’Aubrac

Laurent Wauquiez valide un nouveau parc naturel régional

Le parc naturel régional (PNR) Aubrac a officiellement été validé par les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie. A cheval sur les départements de l’Aveyron du Cantal et de la Lozère, il s’étend sur 12 communes de la région de Laurent Wauquiez.

La région Auvergne-Rhône-Alpes aura finalement son 10e parc naturel régional, le 53e de France. Le 25 mai, les représentants des deux régions se réunissaient pour inaugurer ce nouveau parc, qui s’étale sur 2 régions (Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie), 3 départements (Lozère, Aveyron et Cantal) et 64 départements, dont 12 en Auvergne-Rhône-Alpes. Martine Guibert, vice-présidente de la région Auvergne-Rhône-Alpes se félicite du projet. "C’est un parc qui transcende les limites administratives." Sans surprise, l’objectif est de valoriser le patrimoine en le préservant. Un atout pour le tourisme. "L’obtention du label parc naturel régional joue sur l’attraction touristique. C’est un moyen de faire connaître cette région de l’Aubrac, qui ne se limite d’ailleurs pas au seul parc régional. Les alentours sont riches en diversités. C’est un lieu de passage", détaille l’élue du Cantal. A cheval sur deux régions, la vice-présidente du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes ne se dit pas inquiète quant aux prises de décisions qui se feront à plusieurs : "L’intérêt général prévaut à la mission des élus. On travaillera en bonne-entente, par le biais d’un syndicat où on coordonne ensemble les décisions à prendre."

Difficile pour l’instant de connaître le budget alloué au parc de l’Aubrac. "La participation financière se fera au prorata des zones qui se trouvent en Auvergne-Rhône-Alpes", explique Karine Forest, chargée de mission pour la région. "Par ailleurs, alors que les budgets étaient décidés chaque année, nous allons mettre en place des budgets sur trois ans [cette décision sera présentée lors de la prochaine assemblée plénière de juin, Ndlr], afin que les parcs puissent mieux prévoir les aménagements. Ce sera plus confortable pour eux."

Pas de parc naturel régional dans les Dombes

Dans la Dombes en revanche, toujours aucun parc naturel régional à l’horizon. Après des années de discussions, Laurent Wauquiez annonçait finalement en août 2016 que le PNR de la Dombes n’existerait pas. Sa décision répondait à consultation lancée avec les élus locaux, qui qui se sont majoritairement exprimés en défaveur du PNR. Une consultation contestée à l’époque par Michel Raymond, président de l’association en faveur du PNR de la Dombes : "Il est regrettable qu’il n’y ait pas de consultation citoyenne. Les maires peuvent rendre un avis en faisant voter leur conseil municipal, mais ce n’est pas obligatoire. Les élus [étaient] très embêtés et sous pression, puisque Laurent Wauquiez est venu dire tout le mal qu’il pensait des parcs naturels régionaux." A la région, on préfère alors parler "plan d’action du territoire, qui apporte les mêmes avantages financiers qu’un PNR, sans contraindre l’activité." Une décision loin d’être au goût des associations en faveur de la création du parc. Une pétition Sauvons la Dombes avait été lancée en février 2016, signée à plus de 22 000 reprises.

à lire également
Thierry Coste, lobbyiste des chasseurs, et Gilles Chabert, conseiller montagne de Laurent Wauquiez © Brut / MaxPPP (montage LC)
Gilles Chabert, le conseiller spécial Montagne de Laurent Wauquiez, possède un carnet d’adresses bien rempli. Quant à Thierry Coste, le lobbyiste en chef des chasseurs, il a courroucé Nicolas Hulot, qui l’a mentionné au rayon des raisons l’ayant poussé à démissionner – une parmi les nombreuses victoires enregistrées par les chasseurs depuis le début du quinquennat Macron.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut