CGT drapeau
© Tim Douet

La CGT appelle à la grève vendredi 27 juillet

Les fédérations CGT Cheminots et Mines Energie organisent une journée d'action militante vendredi 27 juillet. Une délégation syndicale espère être reçue par la Direccte Rhône-Alpes pour dénoncer une "entrave au droit de grève".

Dans la lignée de l'appel à la grève nationale de la CGT Cheminots, une délégation CGT Cheminots et Mines Energie a prévu de se rendre au siège rhônalpin de la direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation et de l'emploi, vendredi 27 juillet à 11h. Le syndicat dénonce les "tentatives d'entraves au droit de grève" et le "refus de négocier" des directions d'Enedis et de la GEG de Grenoble. La CGT les accuse de comportements répressifs en réaction aux mouvements sociaux qui ont été menés sur différents sites de la région. "Au lieu de se soucier de nos revendications, les employeurs préfèrent décourager les manifestants en envoyant des courriers de rappel à l'ordre à certains grévistes ou en portant plainte ", dénonce Juliette Lamoine, syndicaliste CGT Energie. Si le rassemblement de vendredi ne s'accompagne pas d'une exhortation générale à faire grève, " les salariés pourront nous rejoindre sur leurs congés ou en déposant un préavis grève s'ils le souhaitent", indique la syndicaliste.

Côté Cheminots, un appel à la grève national a été lancé par la CGT. Une partie de la délégation lyonnaise sera absente du rassemblement à la Direccte pour rallier le cortège CGT parisien. À Paris, une première manifestation est prévue dans la matinée, en soutien au gréviste nîmois menacé de radiation pour avoir allumé une torche lors d'une manifestation. Un deuxième rassemblement est prévu devant les locaux de la direction de la SNCF en Seine-Saint-Denis, à l'occasion de la réunion du conseil de surveillance.

La CGT est seule à appeler à la grève, chez Energie comme chez Cheminots. Pour ces derniers, le mouvement semble à bout de souffle : 3 % des cheminots étaient en grève jeudi 19 juillet sur l'ensemble du territoire. La mobilisation n'avait que peu affecté la circulation des trains, en région Auvergne-Rhône-Alpes comme au niveau national.

à lire également
Ecole et périscolaire  © Tim douet_116
Les 25 postes supplémentaires d'enseignants en école primaire annoncés jeudi par l'inspecteur d'académie ne suffiront pas à faire face à l'augmentation du nombre d'élèves dans le Rhône selon le syndicat Force ouvrière, qui souligne que sur les 267 postes créés, 220 sont affectés au dédoublement des classes de CP et CE1 des zones prioritaires mis en place par le gouvernement d'Emmanuel Macron.  
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut