La baisse de la TVA reçue 5/5 dans les restaurants

Quelles attitudes les restaurateurs lyonnais vont-ils adopter ?

" Les soldes, c'est aussi dans la restauration ", " Les bas prix, c'est ici ". Certains restaurants rue Mercière ou rue Saint-Jean annoncent clairement la diminution des prix sur leur devanture. Depuis aujourd'hui, la baisse de la TVA de 19,6 % à 5,5 %, voulue par les restaurateurs et promise par Nicolas Sarkozy, est en vigueur.

Dans le Contrat d'avenir signé par l'Etat et par neuf organisations professionnelles, il est notamment demandé aux restaurateurs de baisser leurs prix de 11,8 % sur sept* produits. Didier Chenet, président du Syndicat National des Hôteliers, Restaurateurs, Cafetiers et Traiteurs (SYNHORCAT) et signataire du Contrat d'avenir, estime que 80 % des restaurateurs devraient respecter ces engagements.

Tous les restaurateurs ont donc reçu un dépliant leur expliquant les engagements qu'ils se doivent de tenir, et les possibles sanctions en cas de publicité mensongère. Plus étonnant, le dépliant était accompagné la plupart du temps d'un bulletin d'adhésion à l'UMP.

Hier encore, de nombreux restaurateurs ne savaient toujours pas quels produits ils allaient baisser, la plupart des cartes sont aujourd'hui corrigées au stylo rouge. Certains restaurants avaient néanmoins pris les devants et ont fait imprimer de nouvelles cartes qui affichent encore les anciens prix pour témoigner de la baisse. Exemple des nouveaux prix avec le restaurant l'Art et la Manière, à la Guillotière.

Les entrées à 17 et 14 euros sont passées à respectivement 11 et 9,50 euros. Les plats chauds coûtent désormais 19 et 13,20 euros au lieu de 22 et 15 euros. La formule déjeuner a diminué de 3 euros. Enfin l'eau minérale et le café ont baissé, comme dans la grande majorité des restaurants. Baisse également au restaurant Le verre et l'assiette, dans le neuvième arrondissement.

Pour ne pas s'encombrer avec des calculs en centimes, ici toutes les formules ont baissé d'un euro. Au Balthaz'art, dans le premier arrondissement, les prix ont également diminué - de 15 à 13,20 euros pour la formule entrée, plat, dessert, et de 9,50 à 8,30 euros pour le plat du jour - mais le gérant craint que cette baisse de la TVA ne cache une prochaine augmentation des charges. " Ils sont mignons mais ils vous donnent d'un côté et vous reprennent de l'autre. J'ai eu écho d'une lettre interne reçue par un groupe auquel j'appartiens et qui parlait d'une augmentation des charges de 4 %. Ce que j'espère en tout cas, c'est que les restaurateurs prendront cette baisse au sérieux, et je pense sincèrement qu'on aura une augmentation de la fréquentation. " Certains restaurants n'ont, en tout cas, pas l'intention de baisser leurs prix, c'est le cas de La fée verte. " On était déjà ras les pâquerettes avec nos prix, ce n'était pas possible de baisser. Mais par contre on va augmenter les salaires et renouveler le matériel, notamment refaire le bar. Nos clients savent qu'on pratique des prix assez bas, je ne pense pas qu'ils ne vont plus venir ".

La revalorisation des salaires et l'investissement sont les deux autres engagements que sont censés respecter les restaurateurs. " Avec le profit qu'ils auront fait grâce à cette loi, on espère qu'ils en feront bénéficier leurs salariés et qu'ils investiront dans de nouveaux équipements. Ça devrait donc profiter à d'autres secteurs. Je fais confiance à la responsabilité de l'ensemble des professionnels. Je pense que d'ici quelque mois, vraisemblablement tout le monde appliquera une baisse. Ceux qui ne baissent pas maintenant ne font que différer cette décision ", explique Didier Chenet.

Que les jeunes se rassurent, le Ninkasi va également diminuer ses prix. Le menu du midi va passer de 8,5 à 7,5 euros. Baisse également sur les jus de fruits, le café et une dizaine de produits. Baisse également à Mc Donald's dont la TVA était déjà à 5,5 %. Deux menus sont concernés : le Best of Big Mac et le maxi Best of Big Mac qui coûteront 50 centimes de moins désormais. Chaque enseigne pourra également baisser une demi douzaine de produits.

Les clients semblent en tout cas satisfaits. Romain, 26 ans, mange trois fois par semaine en moyenne au restaurant et se félicite que certains restaurateurs respectent leurs engagements. " Sur un repas, la différence n'est pas énorme à l'addition, mais pour les gens comme moi qui mangent au restaurant plusieurs fois par semaine, c'est vraiment une bonne nouvelle ". Une baisse des prix donc assez suivie à Lyon pour l'instant, mais rarement de 11,8 % néanmoins. Reste à savoir si la promesse de 40 000 nouveaux emplois sera elle respectée. Peu de restaurateurs lyonnais semblent disposés à recruter.

* La baisse doit concerner sept des produits suivants : Entrée, plat chaud, plat du jour, dessert, menu entrée-plat, menu plat-dessert, menu enfant, jus de fruit ou soda, eau minérale, café ou thé.

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut