Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes © AFP

L'association Canol souligne la "gestion économe" de Laurent Wauquiez

Ce lundi 7 juin, l'association des Contribuables actifs lyonnais, la Canol, présentait son analyse de la gestion financière de la région Auvergne-Rhône-Alpes sous la mandature de Laurent Wauquiez.

C'est le chiffre qui résume le bilan financier de Laurent Wauquiez à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de son mandat, selon l'association Contribuables actifs du lyonnais (Canol). Sous le mandat de l'élu de droite, les dépenses de fonctionnement de la région ont été réduites de 300 millions d'euros (1 milliard sur 5 ans), selon le décryptage de l'association. "La situation financière est bien plus saine qu'à l'issue de la mandature précédente", affirme la Canol, dans son rapport présenté lors d'une visioconférence lundi 7 juin.  De manière générale, "la fusion du Rhône-Alpes avec l'Auvergne a été bien maîtrisée, mais elle doit encore prouver son intérêt", note la Canol.

Cette réduction des dépenses de la région est due à plusieurs opportunités selon les membres de l'association, qui ont épluché les comptes de l'administration. Tout d'abord, la région a transféré à Pôle emploi la charge des dépenses pour la formation professionnelle. "Pôle emploi a accepté de prendre à sa charge ces dépenses à la demande de la région. Cela a permis à la région d'économiser 150 millions d'euros par an depuis 2015", précise la Canol. "Les statistiques de ce qu'a fait Pôle emploi en terme de formation professionnelle sont bonnes", ajoute l'association. Un transfert comptable de certaines dépenses vers l'investissement a également été observé par la Canol.

22 000 bénéficiaires de subventions

La baisse des dépenses et la maîtrise de la dette ont permis à la région d'augmenter ses investissements, selon l'association. En 2019, 1,6 milliard d'euros de subventions ont été versés vers 22 000 dossiers. Pour la Canol, c'est un chiffre "énorme" qui est entouré d'un certain "manque de transparence" à cause de l'absence d'indicateurs clairs pour mieux cerner l'efficacité de ces subventions. Parmi ses propositions pour la prochaine mandature, la Canol demande ainsi "de ne pas attribuer de subventions si on n'est pas à même de fixer des objectifs".

Dans son rapport, la Canol rappelle que "dans toutes les autres régions qui ont fusionné, il y a eu une hausse des dépenses". Un bilan comptable que Laurent Wauquiez mettra très sûrement en avant dans la dernière ligne droite de la campagne pour les élections régionales.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut