"L'architecture travaille trop pour un homme idéal"

Jean-Jacques Queyranne expliquait au contraire que la charge net pour la région serait de 20 millions d'euros après la vente de l'actuel siège à Charbonnières.
Christian de Portzamparc était présent à la cérémonie et a expliqué son projet. Il a dû travailler avec des associations sur la Haute Qualité d'Usage (HQU). L'association lyonnaise Robins des Villes et les grenoblois du Centre de Recherche pour l'Intégration des Différences dans les Espaces de Vie (CRIDEV) ont accompagné Christian de Portzamparc pour qu'il opère des modifications dans son projet pour satisfaire au mieux les attentes des usagers. Car, pour Régis Herbin, responsable du CRIDEV, le problème des architectes est qu'ils travaillent trop pour un 'homme standard et ne sont donc pas habitués de travailler sur les usages'.

Slim Mazni

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut