Grégory Doucet, maire de Lyon © Antoine Merlet

Grégrory Doucet veut investir 1,2 milliard d’euros pour faire de Lyon "une capitale de la transition"

La Ville de Lyon a adopté ce jeudi un plan de mandat “historique”. Grégory Doucet et sa majorité prévoient d’investir 1,2 milliard d’euros d’ici à 2026 avec pour grandes priorités la rénovation des écoles lyonnaises ou la végétalisation de la ville. Cette enveloppe doit permettre, selon le maire de Lyon, de donner des réponses concrètes à la déclaration d’urgence climatique adoptée par le conseil municipal.

Pour Grégory Doucet, ce jeudi 25 mars est une journée “historique” pour Lyon. Lors du conseil municipal, les élus vont déclaré l’urgence climatique et adopté un plan de mandat qui prévoit un investissement record de 1,2 milliard d’euros. Le maire de Lyon a lié ces deux délibérations : le plan de mandat apportant une réponse concrète à une déclaration d’urgence climatique plus symbolique. “Lyon souffre d’une dette patrimoniale, d’une forme de renoncement politique, d’une perte de vision, d’une déconnexion avec les enjeux du siècle. Nous allons lancer Lyon dans la transition écologique et adapter notre ville pour qu’elle puisse faire face défi climatique, social et économique. Nous allons déclaré l’état d’urgence et pour y répondre, investir 1,2 milliard d’euros”, déroule Grégory Doucet.

Investissements et dettes records

Le plan d’investissement adopté par la collectivité affiche des montants historiques. Lors des mandats de Gérard Collomb, la ville de Lyon investissait en moyenne 600 millions d’euros. Une hausse très significative qui s’appuie sur un recours plus poussé à l’endettement. Ce que ne manqueront pas de soulever les opposants au maire de Lyon. Comme le budget d’investissement, l’encours de la dette devrait être doublé durant le mandat.

Priorité aux enfants

La majorité écologiste met en avant des grandes priorités et crédos qui ont guidé l’élaboration du plan de mandat : la jeunesse, la végétalisation, une ville “praticable”, “protectrice” ou encore “émancipatrice”. “Nous voulons faire de Lyon une ville à hauteur d’enfant, tournée vers la jeunesse et nous y consacrerons 34 % des investissements. Nous investirons 298 millions d’euros dans les écoles”, souligne Grégory Doucet. La municipalité prévoit de construire ou de rénover 39 écoles. Elle se fixe aussi l’ambition d’ouvrir 830 berceaux de crèche. La nouvelle équipe municipale a fait l’état des lieux en arrivant au pouvoir d’une dette patrimoniale et prévoit ainsi d’investir 100 millions d’euros pour les équipements sportifs et la création d’une piscine dans le 8e arrondissement.

Plus de vert et moins de voitures

La deuxième priorité de l’équipe écologiste concerne la végétalisation de la ville avec la création du grand parc des balmes de Fourvière, de forêts urbaines ou de jardins partagés. Une ambition qui se déclinera aussi dans les cours d’école ou de crèches. Grégory Doucet au travers de son plan de mandat se fixe aussi l’objectif de faire de Lyon “une ville praticable”. Une ambition qui s’articule principalement autour de la réduction de la place de la voiture : piétonnisation de la presqu’île et de rues dans tous les arrondissements, développement d’arceaux vélo, suppression de places de stationnement et passage progressif de Lyon en zone 30. Critiqué par ses opposants sur le peu de cas accordé à la compétence “sécurité” dans son plan de mandat (10 millions d’euros), Grégory Doucet a souligné que la ville allait “faire effort sur le fonctionnement en embauchant plus de policiers municipaux et en créant l’observatoire de la tranquillité”.

Un rééquilibrage de la culture

Alors que la ville de Lyon a prévu, dans son budget, de diminuer de 500 000 euros le budget de l’Opéra de Lyon, Grégory Doucet a voulu préciser la ligne de crête que suivra la majorité dans ses politiques culturelles : “nos vingt grandes maisons sont notre fierté. 95 % de notre budget de fonctionnement leur est consacré et c’est très bien. Nous avons devons investir dans nos grandes institutions et assurer un fonctionnement équitable pour soutenir la création”. La majorité pointe par exemple les 15 millions d’euros investis pour la construction des Ateliers de la Danse dans le 8e. Grégory Doucet a aussi rappelé que la ville allait instituer une fête de l’eau dont les cours sont rendus flous par le contexte sanitaire actuel.

Ce jeudi après-midi, le conseil municipal de Lyon se penchera plus en détail sur la déclinaison en projets du plan de mandat, la PPI (programmation pluriannuelle d’investissement). C’est sur ce document que l’opposition a prévu de croiser le fer avec les écologistes.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut