Grégory Doucet, maire de Lyon © Antoine Merlet

Grégrory Doucet veut investir 1,2 milliard d’euros pour faire de Lyon "une capitale de la transition"

La Ville de Lyon a adopté ce jeudi un plan de mandat “historique”. Grégory Doucet et sa majorité prévoient d’investir 1,2 milliard d’euros d’ici à 2026 avec pour grandes priorités la rénovation des écoles lyonnaises ou la végétalisation de la ville. Cette enveloppe doit permettre, selon le maire de Lyon, de donner des réponses concrètes à la déclaration d’urgence climatique adoptée par le conseil municipal.

Pour Grégory Doucet, ce jeudi 25 mars est une journée “historique” pour Lyon. Lors du conseil municipal, les élus vont déclaré l’urgence climatique et adopté un plan de mandat qui prévoit un investissement record de 1,2 milliard d’euros. Le maire de Lyon a lié ces deux délibérations : le plan de mandat apportant une réponse concrète à une déclaration d’urgence climatique plus symbolique. “Lyon souffre d’une dette patrimoniale, d’une forme de renoncement politique, d’une perte de vision, d’une déconnexion avec les enjeux du siècle. Nous allons lancer Lyon dans la transition écologique et adapter notre ville pour qu’elle puisse faire face défi climatique, social et économique. Nous allons déclaré l’état d’urgence et pour y répondre, investir 1,2 milliard d’euros”, déroule Grégory Doucet.

Investissements et dettes records

Le plan d’investissement adopté par la collectivité affiche des montants historiques. Lors des mandats de Gérard Collomb, la ville de Lyon investissait en moyenne 600 millions d’euros. Une hausse très significative qui s’appuie sur un recours plus poussé à l’endettement. Ce que ne manqueront pas de soulever les opposants au maire de Lyon. Comme le budget d’investissement, l’encours de la dette devrait être doublé durant le mandat.

Priorité aux enfants

La majorité écologiste met en avant des grandes priorités et crédos qui ont guidé l’élaboration du plan de mandat : la jeunesse, la végétalisation, une ville “praticable”, “protectrice” ou encore “émancipatrice”. “Nous voulons faire de Lyon une ville à hauteur d’enfant, tournée vers la jeunesse et nous y consacrerons 34 % des investissements. Nous investirons 298 millions d’euros dans les écoles”, souligne Grégory Doucet. La municipalité prévoit de construire ou de rénover 39 écoles. Elle se fixe aussi l’ambition d’ouvrir 830 berceaux de crèche. La nouvelle équipe municipale a fait l’état des lieux en arrivant au pouvoir d’une dette patrimoniale et prévoit ainsi d’investir 100 millions d’euros pour les équipements sportifs et la création d’une piscine dans le 8e arrondissement.

Plus de vert et moins de voitures

La deuxième priorité de l’équipe écologiste concerne la végétalisation de la ville avec la création du grand parc des balmes de Fourvière, de forêts urbaines ou de jardins partagés. Une ambition qui se déclinera aussi dans les cours d’école ou de crèches. Grégory Doucet au travers de son plan de mandat se fixe aussi l’objectif de faire de Lyon “une ville praticable”. Une ambition qui s’articule principalement autour de la réduction de la place de la voiture : piétonnisation de la presqu’île et de rues dans tous les arrondissements, développement d’arceaux vélo, suppression de places de stationnement et passage progressif de Lyon en zone 30. Critiqué par ses opposants sur le peu de cas accordé à la compétence “sécurité” dans son plan de mandat (10 millions d’euros), Grégory Doucet a souligné que la ville allait “faire effort sur le fonctionnement en embauchant plus de policiers municipaux et en créant l’observatoire de la tranquillité”.

Un rééquilibrage de la culture

Alors que la ville de Lyon a prévu, dans son budget, de diminuer de 500 000 euros le budget de l’Opéra de Lyon, Grégory Doucet a voulu préciser la ligne de crête que suivra la majorité dans ses politiques culturelles : “nos vingt grandes maisons sont notre fierté. 95 % de notre budget de fonctionnement leur est consacré et c’est très bien. Nous avons devons investir dans nos grandes institutions et assurer un fonctionnement équitable pour soutenir la création”. La majorité pointe par exemple les 15 millions d’euros investis pour la construction des Ateliers de la Danse dans le 8e. Grégory Doucet a aussi rappelé que la ville allait instituer une fête de l’eau dont les cours sont rendus flous par le contexte sanitaire actuel.

Ce jeudi après-midi, le conseil municipal de Lyon se penchera plus en détail sur la déclinaison en projets du plan de mandat, la PPI (programmation pluriannuelle d’investissement). C’est sur ce document que l’opposition a prévu de croiser le fer avec les écologistes.

10 commentaires
  1. JANUS - jeu 25 Mar 21 à 11 h 56

    1,2 milliard d’euros c'est le pognon des lyonnais pas le sien. La transition c'est la sienne !

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Limas69 - jeu 25 Mar 21 à 12 h 53

      C'est pour ça qu'il dit investir principalement pour les enfants ... Ce sont eux qui vont rembourser la dette ! Ceci dit, avec un peu de malchance, ils pourront faire un tour de "manège téléphérique", dada de la pastèque du Grand Lyon ...

      Signaler un commentaire inapproprié
  2. JANUS - jeu 25 Mar 21 à 11 h 58

    Sur la photo, 4 femmes 1 homme. c'est la parité des khmers !

    Signaler un commentaire inapproprié
  3. Benjamin69 - jeu 25 Mar 21 à 18 h 33

    Grégory DOUCET applique le programme approuvé par les électeurs. Une fête de l'eau ? Pourquoi pas, on verra bien. Oui, il faut investir : on ne va pas continuer à consommer des frais de chauffage exorbitant.

    Signaler un commentaire inapproprié
  4. psl - ven 26 Mar 21 à 7 h 57

    cela fait 3'000 euros par Lyonnais à payer en plus. si vous êtes un foyer de 4 personnes, comptez 12'000 euros. Les propriétaires verront leur patrimoine augmenter. Les autres, c'est à fond perdu.

    Modéré
  5. Vicente69 - ven 26 Mar 21 à 11 h 52

    Une ville de LYON qui était assez bien gérée mais avec nos amis pastèques je sens une dérive qui commence et qui va finir par une forte hausse de nos impôts.
    Je dis BRAVO.
    Continuez comme ça.

    Modéré
  6. Pije - ven 26 Mar 21 à 13 h 56

    Comment faire tout ce qui est mentionné en 5 années ?

    Deux exemples seront intéressants à vérifier car facilement quantifiables :
    * 39 écoles rénovées
    * 830 berceaux de crèches

    S'il s'agit de projet non engagés aujourd'hui (sinon ils auraient été prévus par l'ancienne équipe municipale), j'ai comme un doute sur le réalisme de la planification.
    Comment peut on envisager de construire autant de places de crèches en moins de 5 ans en partant aujourd'hui d'une page blanche.
    Je ne parle pas d'argent mais bien de réalisation concrète

    Donc rendez vous dans un peu moins de 5 ans pour voir ce qui aura été réellement fait.

    Comme dit le dicton, c'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses !

    Signaler un commentaire inapproprié
  7. nico-yzfr6 - ven 26 Mar 21 à 14 h 32

    Les opposants (dont certains parmi les commentateurs de cet article) ne savent plus quelle ânerie sortir pour critiquer Doucet. Ils oublient sans doute un truc, il a été élu par une majorité. Cette majorité, on ne l'entend pas, et elle soutient les projets de notre Maire.

    Le commentaire sur la parité Khmers est d'une bêtise incroyable.

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Vicente69 - ven 26 Mar 21 à 15 h 50

      Oui élu avec le contexte de la pandémie avec moins de 20 % des votants.
      Rappel : 62 % d’abstention.
      On ne peut pas se présenter au nom de tous les lyonnais.
      Vivement dans cinq ans qu'il soit battu dans un contexte normal.
      Malheureusement les nombreux dégats avec son acolyte Bernard vont nous coûter une augmentation vertigineuse de nos impôts.

      Modéré

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut