Manifestation 17 mai 2016
© Mathilde Delacroix

De nouveaux affrontements suite à la manifestation

L'appel des syndicats pour manifester aujourd'hui contre l'utilisation de l'article 49-3 par le gouvernement pour faire passer le projet en 1ère lecture à l'assemblée a été entendu à Lyon. Alors que de vives tensions s'étaient de nouveau fait sentir mardi, le défilé s'est déroulé plus calmement avant que des affrontements ne se déclarent en début d'après midi.

Le point de rendez-vous était donné à la Manufacture des Tabacs à 11 heures ce matin pour rejoindre ensuite la place Bellecour. Entre 3000 et 9000 personnes ont de nouveau défilé pour s'opposer au projet de Loi Travail porté par le gouvernement. C'est en partie sous la pluie que les manifestants parcourent la ville. Les forces de polices ont cependant essuyé quelques jets de pierre alors qu'ils manifestaient hier contre la "haine anti-flic". Une dizaine d'interpellation avaient été mené mardi et décrié le lendemain par un communiqué des représentants lyonnais des principaux syndicats.

Ambiance tendue place Bellecour

Un camion a eau a été installé aujourd'hui place Bellecour. Alors que le gros de la manifestation s'est dispersé autour de 13h15, une ambiance tendue s'est installé entre quelques centaines de manifestants et les forces de l'ordre. Les affrontements ne tardent pas à se déclencher et la place a rapidement été enfumée par l'utilisation des bombes lacrymogènes. À 16 heures, les opposants à la Loi Travail se sont donnés rendez-vous Place Guichard pour déterminer la suite de leur mouvement. Entre 13 et 15 heures, huit individus ont été interpellés et placé en garde à vue pour jets de projectiles, dégradations, tags ou violences sur agents de la force publique. Le plus jeune a 15 ans.

à lire également
4 commentaires
  1. Flore - 19 mai 2016

    Punitions exemplaires pour ces individus violents sur les agents des forces publiques Oui pour les manifestations ! Non non pour les débordements qui mettent la vie d'autrui en peril

  2. boby - 20 mai 2016

    et notre préfet DePuech, il bouge quand ce mou ?? Ah, pour faire du radar sur des autoroutes limitées à 70km/h, il est là, tout beau tout fière, ah ah, le justicier sauveur contre les agresseurs ultra violents qui roulent à 80km/h sur autoroute ! Par contre, pour arrêter des casseurs qui détruisent gratuitement, qui frappent agressent VRAIMENT et RÉELLEMENT, qui sont VRAIMENT dangereux,(en tout cas beaucoup beaucoup plus que n'importe quel automobiliste) il est plus là, le préfet ! envolé , et très très très occupé.

  3. commun - 20 mai 2016

    Il y a eu l'année dernière 3400 tué sur la route notamment à cause des excès de vitesse.... auquel s'ajoute 70 000 blessé. Pour l'instant on en est encore à 0 mort par an à cause des manifestants. Si on considère en plus qu'a lyon aucun commerce n'as vraiment été 'cassé' depuis le début du mouvement, je crains cher monsieur que la démonstration soit fait : la violence routière est infiniment plus violente que les 'débordements' d'une manifestation.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut