Nathalie Perrin-Gilbert
© Tim Douet

De la solidarité en politique

Les derniers jours ont marqué notre vie politique locale d’un sceau tout à fait inédit. Une élue de la République a pris la parole sur le perron d’un ancien collège provisoirement occupé par des habitants – notamment des parents d’élèves et des commerçants – venus demander que des locaux vacants puissent accueillir des familles sans toit. L’élue en question avait alerté le Préfet et le maire de la ville du mécontentement qui montait et de la nécessité de trouver rapidement une solution.

Le même maire de la ville – candidat à sa réélection sans le dire – a fait preuve d’une réaction qui rompt avec les principes reconnus de solidarité en politique et surtout en République. En jetant l’opprobre sur la maire du 1er arrondissement, en multipliant les allégations mensongères, en refusant de reconnaitre le rôle joué par cette même élue dans une sortie pacifiée de l’établissement concerné, le sénateur maire de Lyon a instillé de la manœuvre politicienne où l’unité de la République doit primer.

Le maire est non seulement – le temps de son mandat – le représentant des citoyens de sa collectivité mais également le représentant de l’Etat. Le mandat qui lui est confié est issu du processus électoral qui a enregistré le choix des administrés. Ceux-ci ne demandent pas à l'élu d'endosser la neutralité qu'ils sont en droit d'attendre des fonctionnaires. Au contraire ils attendent de lui la poursuite des engagements qui ont été pris par le candidat qu'il fut.

La solidarité de l’ensemble de l’équipe municipale est requise pour cette démarche. Quand 300 habitants d’un arrondissement manifestent leur attente d'une solution pour les personnes à la rue, on ne peut que saluer l'attitude responsable d’une élue qui facilite le dialogue. C'est son rôle qu'elle assume. Nulle n'est besoin dès lors de lui prêter quelques calculs ou de chercher à entacher sa réputation par des allégations mensongères.

La solidarité entre élus n’est pas le partage d’idées. On peut manifester un désaccord. Le maire de Lyon peut estimer que les locaux vacants, chauffés doivent le rester. Le maire de Lyon est tout à fait en droit d’estimer que le sort des familles sans toit n’est pas une affaire concernant les lyonnais. La maire d’arrondissement – en soutien aux habitants – peut penser le contraire. Le débat est la garantie d’une bonne démocratie. Mais la solidarité est le ferment de la République.

Quant à l’appel à la démission de la maire d’arrondissement, il est pathétique. Les électeurs jugeront.

---

André Gachet, Renaud Payre et Paul Raveaud sont membres du GRAM.

5 commentaires
  1. Ninon - ven 20 Déc 13 à 21 h 44

    Pourquoi Mme perrin s occupe des mals loges a 3 mois des élections. Qu a t elle fait pendant 10 ans ? Les habitants attendent des actions et non du politique. Le GRAM est une véritable imposture avec à la tête des bobos croix roussiens pour qui le paraitre est une reconnaissance. Faite des recherches sur le président Mr Payre cela va vous faire rire.

  2. jean pierre 69 - ven 20 Déc 13 à 23 h 48

    Le GRAM, vous vous moquez vraiment du monde, là. La place de la maire était ce soir là à la réunion publique en mairie sur le même sujet, et pas le pied de biche à la main pour la photo. Ne vous plaignez pas en plus d'une garde à vue qui arrive à point pour vous donner une visibilité inespérée. Merci pour la leçon de morale publique, mais on ne voit pas l'intérêt que Collomb aurait eu à 'manoeuvrer' pour faire de la pub à une démarche risible. Sensationnel, Emotionnel: merci les années Sarko.

  3. debat69 - sam 21 Déc 13 à 15 h 24

    Il est réconfortant de voir et de lire enfin des idées étayées mises au débat et des positions politiques assumées (la politique c'est agir). Cela fait du bien et nous change de l'ambiance voire des commentaires actuels. Au delà de la solidarité, c'est de l'humilité qu'il faut retrouver en politique.

  4. Victoire - sam 21 Déc 13 à 16 h 24

    Madame Nathalie Perrin a du cœur. Et du courage.

  5. Collombitude - dim 22 Déc 13 à 9 h 24

    Tout à fait d'accord. S.Hessell doit se retourner dans sa tombe. L'attitude de Nathalie lui fait honneur. 'Indignez-vous' ne doit pas rester qu'un slogan, comme le ferait un Collomb, cela doit se transformer dans les faits. Nathalie nous redonne de l'espoir. Il y en a besoin, dans ce pays où la haine de l'autre, l'individualisme, l'amour du fric et des spectacles à la con deviennent la règle de vie d'un peuple en déshérence

  6. gelsominia - dim 22 Déc 13 à 22 h 09

    Merci aux membres du GRAM mais c'est inquiétant:le peuple de gauche est desespéré ,écoeuré...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut