Service de réanimation de l’hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon. @Lionel De Souza _ avril 2020

Coronavirus : les derniers chiffres à Lyon, le point vendredi sur l'épidémie dans le Rhône

Le département du Rhône est en zone rouge renforcée de circulation du virus depuis 10 jours. A Lyon, et dans le département, les indicateurs ne sont pas bons ce vendredi. Ils continuent de se dégrader. Le point en chiffres.

La Métropole de Lyon reste ce vendredi en zone rouge renforcée de circulation du virus. Lyon ne passe pas, pour l'instant, en alerte maximale. Mais les indicateurs ne sont pas bons, d'après le dernier point chiffré de Santé Publique France, vendredi.

Mais quel est le point ce vendredi à Lyon ? Que disent les chiffres ?

De plus en plus de cas positifs dans le Rhône

D'après un dernier point de Santé Publique France, ce vendredi 2 octobre, sur plus de 36 000 tests en semaine 39 (entre le 21 et le 27 septembre) dans le seul département du Rhône, 4 128 se sont révélés positifs. C'est beaucoup. Le taux de positivité est de 11,5 % dans le département.

A titre de comparaison, ces dernières semaines :

  • 241 cas positifs dans le Rhône (sur 15 117 tests) entre le 3 et le 9 août
  • 557 cas positifs (sur 15 430 tests) entre le 10 et le 16 août
  • 1216 cas positifs (sur 22 000 tests) entre le 17 et le 23 août
  • 1687 cas positifs (sur 27 000 tests) entre le 24 et le 31 août
  • 2518 cas positifs (sur 31 000 tests) entre le 31 août et le 6 septembre
  • 3350 cas positifs (sur 37 000 tests) entre 7 septembre et le 13 septembre.
  • 3862 cas positifs (sur 39006 tests) entre le 14 et le 20 septembre.
  • Et donc 4 128 cas positifs sur 36 019 tests entre le 21 et le 27 septembre.

En résumé, un peu moins de tests réalisés cette semaine. Et pourtant toujours plus de cas. Le virus continue de circuler. Mais, petit message d'espoir, "l’épidémie de COVID-19 continue sa progression en Auvergne-Rhône-Alpes en semaine 39 (21 au 27 septembre 2020) mais à un rythme moins soutenu que ces dernières semaines", soutient Santé Publique France

Le taux d'incidence ne cesse d'augmenter

Le taux d'incidence, qu'est-ce que c'est ? Il détermine le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants. C'est un bon reflet de la circulation du virus à l'instant t sur un territoire. Au-delà de 50, le département est placé en zone rouge, en zone de circulation active du virus.

Le taux d'incidence est de 255 pour 100 000 habitants dans le Rhône en semaine 39. C'est très élevé. Il était de 205 la semaine précédente, et de 174 la semaine encore précédente. La hausse est significative. Il est supérieur encore à Lyon et à Villeurbanne. Il est aussi très haut chez les personnes âgées (130 dans le Rhône), qui sont, on le sait, les personnes les plus touchées par les formes graves.

Les patients covid-19 en réanimation, l'indicateur clé

Dans les hôpitaux du Rhône, on est encore loin des chiffres alarmants de mars-avril (300 personnes en réanimation dans le département début avril). Il y a ce vendredi 2 octobre 71 personnes en réanimation dans le Rhône des suites du covid-19. A titre de comparaison, il y avait 28 personnes "en réa" le 7 septembre, 44 le 14 septembre, et 57 le jeudi 17 septembre. Depuis deux semaines, la hausse paraît assez limitée mais il faut rester prudent.

"L’activité liée au COVID-19 en milieu hospitalier continue de progresser de manière préoccupante même si cette progression paraît moins importante que la semaine précédente (+18 % de nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation). En semaine 39, l’augmentation des décès hospitaliers est importante (+70 %). Un excès de mortalité toutes causes significatif est observé en semaine 38 au niveau régional pour la première fois depuis fin avril", explique Santé Publique France ce vendredi, évoquant la situation régionale.

28 % des patients en réanimation dans la région sont des patients atteints du covid-19. "Cette part de patients covid-19 en réanimation dans la région Auvergne-Rhône-Alpes est encore en dessous des 30 % mais elle continue de monter et nous l'avons dit ce jeudi aux élus lyonnais", a indiqué le ministre de la Santé, jeudi. Cette part de patients covid-19 en réanimation est un indicateur surveillé de très par les autorités. Il pourrait déterminer, la semaine prochaine, le passage des agglomérations de Lyon et de Grenoble en alerte maximale.

Lyon reste sous grande surveillance

La Métropole de Lyon reste en zone rouge renforcée. Pour l'instant. Les bars de la Métropole doivent fermer à 22h maximum. Les salles de sport doivent aussi rester fermées totalement pour 15 jours (lire notre article sur la fermeture des salles de sport à Lyon ici).

Olivier Véran a prévenu : "à date, il n'y a pas lieu de basculer ces Métropoles (dont Lyon) en zone d'alerte maximale" mais un nouveau point sera fait à Lyon la semaine prochaine. "Si les mesures mises en place depuis le week-end dernier ne produisent pas suffisamment d'effet, si la situation venait à se dégrader, nous pourrions être conduits la semaine prochaine de placer ces territoires (notamment Lyon) en zone d'alerte maximale", a ajouté le ministre de la Santé. Zone d'alerte maximale signifiant, comme à Marseille, la fermeture totale des bars.

Lire aussi : Coronavirus : à Lyon, imbroglio et incompréhension autour de la fermeture des bars

1 commentaire
  1. Gtd001 - ven 2 Oct 20 à 19 h 52

    Je suis étonné qu’il n’y ait pas une analyse un peu plus fine liée au contexte Lyonnais.
    En regardant les chiffres de près on voit que les 21 et 22 septembre il y a un effet cluster Centrale Lyon. 250 tests positifs pour des chiffres quotidiens au niveau du Rhône qui tourne autour de 700, c’est énorme. Du coup si on enlève le 21 le taux d’incidence du Rhône passe de 220 à 211. Et si avec les chiffres disponibles aujourd’hui on enlève le 22 ce taux devient 201 pour le Rhône. On peut donc imaginer que Lyon suit la même courbe et devrait tourner aujourd’hui autour de 230, ce qui est une nette amélioration. En regardant l’évolution sur les 2 dernières semaines on se rend compte que l’on est sur une forme de plateau qui devrait se maintenir sous les 250 fatidiques. A moins que les rentrées des universités ne donnent lieu à des soirées qui vont nous faire replonger sur des clusters impactants....

    Modéré

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut