Christophe Guilloteau : “Il faut terroriser les terroristes”

Christophe Guilloteau, président du conseil départemental du Rhône et vice-président de la commission de la défense de l’Assemblée nationale, est l’invité de L’Autre Direct. Il revient sur les attentats perpétrés à Paris vendredi soir.

Vice-président de la commission de la défense de l'Assemblée nationale, Christophe Guilloteau revient pour Lyon Capitale sur les attaques terroristes qui ont ensanglanté Paris vendredi soir. "Les gens du renseignement savaient qu'il se passerait quelque chose, la problématique c'était quand. Il faut redouter qu'un tel événement se reproduise. Il faut se mettre en situation de livrer une guerre contre les hommes et les femmes qui y participent", explique-t-il.

Pour Christophe Guilloteau, depuis les attentats de Charlie Hebdo, la France était en guerre contre le terrorisme et Daesh. "Des méchants font tache d'huile sur le territoire français. Le président de la République a bien fait de déclarer l'état d'urgence. Nous savions qu'il y avait des choses à chercher en France. Il faut prolonger l'état d'urgence tant que c'est nécessaire. Jusqu'à ce que mort s'ensuive pour certains. On ne fait pas la guerre avec des tapettes à mouches", développe-t-il en faisant référence aux perquisitions qui ont eu lieu ce lundi matin dans l'agglomération lyonnaise.

“La guerre sera aussi financière”

Le député Les Républicains dénonce "l'angélisme" du ministère de la Justice et des magistrats. Il demande le placement sous bracelet électronique des personnes faisant l'objet d'une fiche S pour radicalisation.

Le vice-président de la commission de la défense demande aussi que la France intensifie ses bombardements en Syrie. Christophe Guilloteau déplore également que "certains pays – le Qatar, l'Arabie saoudite et la Turquie – collaborent avec Daesh par l'achat de pétrole. Au nom des intérêts supérieurs de la nation, peut-être doit-on rompre nos relations avec ces pays. On ne peut pas financer le foot en France et soutenir Daesh. La guerre sera aussi financière".

Le président du conseil départemental du Rhône préconise aussi l'annulation du 8 Décembre : "Je ne prendrais pas ce risque, mais c'est à Gérard Collomb de décider. Peut-on faire prendre des risques aux gens ? Une fête comme le 8 Décembre est impossible à contrôler."

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut