Bertrand Coulombel ©Aurélien Idéale
Bertrand Coulombel © Aurélien Idéale

Bertrand Coulombel : “Les étoiles se sont alignées pour ce sujet” #MT180

Aujourd’hui, Bertrand Coulombel présente son parcours ainsi que son sujet de thèse. Le candidat de l’université Lumière Lyon 2 aura 180 secondes pour expliquer ses recherches sur le traitement des continuités à travers le temps.

Cette année se déroule le concours "Ma thèse en 180 secondes". L’Université de Lyon y participe pour la sixième fois. Le principe de ce concours : présenter son projet de thèse en 180 secondes, pas une de plus. L’occasion pour 14 doctorants de présenter l’équivalent de plusieurs années de recherche à un public plus vaste. Les candidats devront être le plus clair et le plus concis possible devant le jury, le 28 mars, lors de la finale locale, à Lyon. Le doctorant vainqueur pourra ensuite participer au concours national.

En attendant la finale, Lyon Capitale vous propose de découvrir chaque jour un nouveau candidat ainsi que son projet de thèse. Différentes filières sont représentées de la sociologie, à la physique en passant par les sciences de gestion. Les candidats ont accepté de répondre à quelques questions et nous donnent la chance d’avoir un premier aperçu de la présentation qu’ils tiendront le 28 mars.

Le candidat du jour

Coulombel Bertrand

Son établissement

Université Lumière Lyon 2

Thématique de son sujet de thèse

Science cognitive

Intitulé de son sujet de thèse

Le traitement des continuités à travers le temps

Son parcours en 5 dates

2008 : Baccalauréat scientifique lycée Les Cordeliers à Dinan
2011 : BTS informatique à Redon
2014 : Licence sciences cognitives Université Lumière Lyon 2
2016 : Master sciences cognitives Université Lumière Lyon 2
2017 : Début de thèse Université Lumière Lyon 2

L’objet de sa thèse en 3 lignes

J’essaie de comprendre comment on fait pour vivre des vies dont le contenu est si fragmenté dans le temps sans que ça nous pose aucun problème. Comment fait-on pour vivre plusieurs petites vies mélangées dans une même vie ? Plusieurs petites vies que j’appelle des continuités.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Durant mes études d’informatique, j’avais sérieusement réfléchi à beaucoup d’idées sur le fonctionnement de l’esprit et du cerveau. Quand je me suis réorienté vers science cognitive en 2012, j’étais venu armée de différentes idées potentielles à développer. Je savais dès le début que j’irais jusqu’à la thèse, je ne savais juste pas avec quelle idée en particulier. Mon thème correspond tout simplement à l’idée pour laquelle j’ai eu la meilleure ouverture. Les étoiles se sont alignées pour ce sujet-là.

Pourquoi souhaitiez-vous participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

On vit dans un monde où l’information se démultiplie de manière exponentielle, donc si l’on ne veut pas que certains sujets restent perdus dans cet océan indigeste. On a plutôt intérêt à créer des portes d’entrée attrayantes vers eux et c’est exactement l’exercice de ce concours.

à lire également
Elles n'ont eu que 180 secondes, et pas une de plus, pour présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Deux des trois lauréates de la finale régionale lyonnaise représenteront l'Université de Lyon, la semaine prochaine, lors de la demi-finale nationale, à Paris.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut