Permaculture à la Source Dorée (monts du Lyonnais) © Tim Douet
Permaculture à la Source Dorée (monts du Lyonnais) © Tim Douet

Auvergne-Rhône-Alpes : 8,9 % de la surface agricole exploitée en bio

L’an passé, le nombre d’hectares cultivés en bio en Auvergne-Rhône-Alpes a augmenté de 8,5 %. La région est la 3e plus importante de France en terme de surface exploitée en bio.

Selon les chiffres publiés mardi 4 juin par l’Agence Bio, le nombre d'exploitations agricoles de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui pratiquent une agriculture biologique a augmenté de 8,9 % en 2018. Cela représente 5858 exploitations et 251 976 hectares, soit la 3e plus importante région de France.

Sur ces 251 976 hectares, 195 357 sont certifiées bio (un chiffre en évolution de +21 % par rapport à 2017) et 56 419 sont en conversation. Point négatif, le nombre de conversions a baissé entre 2017 et 2018 (-21 %). La plus forte baisse de France.

En terme surface agricole utile (SAU) exploitée en bio, Auvergne-Rhône-Alpes arrive 5e (8,9 %) derrière la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et ses 25,6 % de SAU en bio, Occitanie (15,1 %), la Corse (13,6 %) et les Pays de la Loire (9,2 %). L'évolution du nombre d'hectares en bio a d'ailleurs été plus faible qu'ailleurs dans la région en 2018 avec une augmentation 8,5 % contre une moyenne de plus de 16,5 % en France.

En France 5 000 exploitations se sont installées ou converties en bio en 2018 portant leur nombre à 41 623. Comme le rapporte Le Monde, 9,5 % des fermes françaises sont certifiées bio et le cap des 2 millions d’hectares cultivés  sans produits chimiques ou phytosanitaires a été dépassé l'an passé. Cela représente 7,5 % de la SAU française.

Morts aux champs – Le malaise paysan en Auvergne-Rhône-Alpes

à lire également
Suite aux chutes de neige sur la métropole de Lyon, le service TCL est impacté. Plusieurs lignes de bus ne circulent plus, mais aucune page ne donne un résumé complet sur le nouveau site de TCL. Nous vous proposons la liste des perturbations réunies au même endroit.
2 commentaires
  1. vieux caladois - 4 juin 2019

    Je me souviens d'il y a plus de 30 ans dans le Beaujolais vers Villefranche, un viticulteur vendait de la piquette sous prétexte qu'elle était bio...heureusement tout cela a bien changé depuis avec des vins de qualité ! Il y eu aussi l'exemple de ce viticulteur de la région de Beaujeu qui essaya de produire du vin bio alors que tous ses voisins sulfataient par...hélicoptère !

  2. Galapiat - 4 juin 2019

    Bio , biocoup plus cher, nos anciens en on user , une mode comme le végan, j'achète fruits et légumes au producteur , le vin chez un viticulteur (en coopérative)j'en consomme raisonnablement, 0.5 par jour mais jamais de "premix". Le vin boisson saine et hygiénique, signé Pasteur.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut