Esturgeon vapeur, réduction de soupe et fenouil braisé, coquillages et algues en condiment. Chez Frazarin @Antoine Merlet
Article payant

A table ! Frazarin, un bistrot définitivement épicurien

Frazarin, un attachant restaurant de quartier dont tout Lyon va babiller.

Quentin Paley (salle), Harold Imbaut (cuisinier) et Maxence Musy (salle), le sympathique trinôme de Frazarin
@Antoine Merlet

La première chose qui frappe, c’est le nom. Frazarin. Intuitivement, on a pensé à Mazarin, probablement l’un des illustres Italiens les plus français, dont la destinée est née à Lyon. Le 29 janvier 1630, Mazarin et Richelieu (dont le frère aîné est l’archevêque de Lyon) se rencontrèrent lors de négociations de paix secrètes entre l’Espagne et la France. On vous explique sur le pouce : le ministre du pape Urbain VIII, au nom de sa Sainteté, demanda instamment au cardinal que la France accorde une suspension d’armes, "le vrai moyen, disait le pape, de venir à une bonne paix". Et le cardinal de renvoyer Mazarin au pape après l’avoir bien convaincu que "les intentions de Sa Majesté étoient du tout justes et avantageuses au bien de la chrétienté".

Il vous reste 70 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut