LC 724 p. 12-13
© Pierre-Antoine Pluquet

Plongée au cœur des nuits lyonnaises

C’est comment, Lyon, la nuit ? Pour juger si la plainte permanente qui s’élève à cette question était fondée, Lyon Capitale a fait le tour des boîtes et des clubs. Bilan : quelques lieux magiques et pas mal de déceptions. Reportage et portraits des patrons de la nuit à lire dans le mensuel de juillet. Aperçu.

Gamins, on prenait pas mal de portes. “Je crois que ça va pas être possible” n’était même pas encore le tube du groupe Zebda. Alors, avant de se demander qui tient la nuit à Lyon, quels sont les clubs qui montent, les lieux tendance ou les alcôves pour happy few, encore fallait-il passer cet obstacle bien plus humiliant que de se prendre une veste du bout de la nuit par une fille bien plus éméchée que soi. Pendant nos nuits mobiles, on n’a pas trop abusé de nos cartes de presse. On s’est contentés de cligner des paupières quand des bouledogues que l’on voyait pour la première fois nous barraient l’entrée parce qu’ils nous rencontraient pour la première fois. Logique et absurde à la fois. “M’sieur, ça va pas être possible, on vous connaît pas”, avec une variante parfois : “M’sieur, vous êtes déjà venu ici ?”

De la campagne de Massieux à la Confluence en passant par le 6e arrondissement, les quais et la Presqu’île, des portes se sont néanmoins ouvertes. Celles de clubs fréquentés par les stars du ballon rond, de bars à hôtesses (pardon, à champagne), de boîtes à jeunes… Son, boissons et même les odeurs, on a tout noté. Avant de tirer le portrait des patrons.

Alors, Lyon, “vraie ville de province” comme dit le journaliste people Laurent Argelier ? Pour en juger vous-même, il suffit d’ouvrir Lyon Capitale – ça, ça va être possible.

Au sommaire :

> Nos nuits mobiles (reportage)

> Bars à hôtesses : l’envers du décor (et quelques adresses fréquentables)

> Entretien avec Laurent Argelier (MFM, Radio Espace)

> Les patrons et leurs boîtes : portraits (et chiffres) de Pépine, Nounours, Lily Kay, Sylvain Larose, Sebastien Barrancos, Michel Lionnet et Jean-Pierre Cabusel.

-----

Lyon Capitale n°724 est en vente en kiosques depuis le 5 juillet, et dans notre boutique en ligne.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut