Internat Adolphe Favre
Internat Adolphe-Favre

Lyon : l’internat Favre rouvre et devient l’internat Chazière

Dans le 4e arrondissement de Lyon, l’ancien bâtiment de l’internat Favre, fermé en juin 2015, accueillera de nouveaux élèves à partir du 1er septembre 2016. L’établissement, rebaptisé internat Chazière, est dédié à l’accompagnement des enfants et adolescents scolarisés, en difficultés familiales. Le projet est mené par la Métropole de Lyon et l'Association départementale des pupilles de l’enseignement public.

A la rentrée 2016, l’internat municipal Adolphe Favre deviendra l’internat Chazière. L’établissement, situé dans le 4e arrondissement de Lyon, avait fermé ses portes en juin dernier, provoquant au passage beaucoup d’incompréhension. L’Etat, qui finançait cet internat spécialisé dans l’accueil de jeunes en difficultés familiales à hauteur de 485 000 euros, avait petit à petit retiré son financement. Une perte que la Ville de Lyon n’avait pas voulu combler à l’époque et elle avait donc décidé de fermer l’établissement. Quelques possibilités avaient été évoquées pour remplacer la structure, mais c’est finalement un autre internat qui va s’installer dans les locaux de la rue Chazière.

''Un lieu expérimental, outil palliatif à l’outil judiciaire''

''Depuis le début, nous avions dit que si l’on fermait l’établissement, ce n’était pas pour abandonner la problématique de protection de l’enfance'', se justifiait le maire de la Ville et président de la Métropole, Gérard Collomb. Depuis janvier 2015, cette compétence a été confiée à la Métropole de Lyon, qui y alloue un budget de 121 millions d’euros et qui assurera le fonctionnement de l’internat Chazière (780 000 euros en 2017). ''Le but était de le repenser à travers ce nouveau spectre que constitue la Métropole'', continuait le maire.

L’établissement devrait donc accueillir à partir du 1er septembre, 36 élèves de primaire, collège et lycée, issus de familles en difficultés économiques et sociales, bénéficiant de mesures éducatives d’aides sociales à l’enfance, administratives ou judiciaires. Ces jeunes seront soit placés sur décision du juge, soit avec l’accord de leurs parents. ''C’est un lieu expérimental. Nous voulons en faire un outil palliatif à l’outil judiciaire tout en laissant une grande place à la famille'', détaillait Annie Guillemot, vice-présidente de la Métropole de Lyon, chargée de l’enfance, des familles, de l’éducation et des collèges. Les élèves internes rentreront donc chez eux les week-end et pendant les vacances scolaires afin de maintenir le contact familial, tout en bénéficiant d’un encadrement spécialisé pendant la semaine.

Un projet mené avec les Pupilles de l’enseignement public

La Métropole de Lyon mène ce projet en partenariat avec l’Association départementale des pupilles de l’enseignement public (ADPEP), dont l’antenne Rhône-Alpes est présidée par Jacky Bernard. Cette association centenaire gère, dans le Rhône, deux internats, situés en dehors de la Métropole : l’internat de Mauchamp et celui de La Farge. L’ADPEP 69 devrait également travailler conjointement avec l’Éducation nationale afin de ''proposer des enseignements adéquats aux élèves''. Si l’objectif à terme est de favoriser la réussite scolaire des enfants et adolescents de l’internat, leur insertion sociale est aussi primordiale. Dans le 4e arrondissement, ''les associations culturelles et sportives sont prêtes à offrir des projets aux élèves de l’internat, mais ce sont aussi eux qui vont apporter beaucoup au quartier'', soulignait David Kimelfeld, maire de l’arrondissement.

Le 25 avril, le conseil municipal délibérera pour mettre les locaux, propriétés de la Ville, à disposition de la Métropole et y permettre l’installation de l’ADPEP. Le projet sera également soumis au conseil de la métropole le 2 mai.

à lire également
Dessin illustrant le thème de l’apprentissage des excuses © Isacile
“Dis pardon”, “Excuse-toi”… Derrière ces expressions, se cache bien plus que de simples formules de politesse. Pour preuve, certains adultes ont encore du mal à exprimer leurs regrets, à dire “je suis désolé”… Apprendre aux enfants à s’excuser fait donc bien partie du rôle éducatif des parents. Mais pas n’importe comment, ni à n’importe quel prix.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut