Lyon-Turin : un “débat” pour faire pression sur l’État

Le projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin sera-t-il le “Notre-Dame-des-Alpes” ? Boycotté par les élus écologistes, le “débat” à l’ordre du jour ce jeudi au conseil régional de Rhône-Alpes aura au moins eu une utilité pour les conseillers présents : mettre la pression sur l’État pour faire infléchir sa position sur ce grand projet sans fin. Compte-rendu.

Ce mercredi 10 juillet devait avoir lieu une séance de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale. L’enjeu : traiter du projet de LGV Lyon-Turin et statuer sur une éventuelle ratification de l’accord franco-italien, avant, sans doute, de le valider définitivement. Annulée, elle est reportée à la rentrée prochaine pour mettre en oeuvre un projet qui devrait voir le jour à l'horizon 2030 voire 2040.

Projet définitivement validé d’ici à la fin 2013 ?

Mais le conseil régional de Rhône-Alpes et ses invités triés sur le volet – ceux que les élus EELV voient comme le “lobby du rail”, Hubert du Mesnil, le président de Lyon-Turin Ferroviaire en tête – n’ont pas souhaité attendre jusque-là pour faire pression sur les élus nationaux. Au bout du tunnel, l’espoir de voir le projet – devenu “priorité seconde” sous l’effet du rapport Duron – redevenir une priorité de premier rang. Avec les investissements correspondants.

“2013 est une année majeure, car il devrait y avoir d’ici à la fin d’année une conclusion sur des passages importants. La ratification du traité par les Parlements italien et français pourra permettre de passer un cap”, espère ainsi Mario Virano, président de la commission intergouvernementale pour le Lyon-Turin. Optimiste quant à la validation finale du projet par l’Italie, il juge les critiques “légitimes” mais réclame plus de temps pour fixer le cadre juridico-financier du montage permettant de les faire taire. Son leitmotiv : “Le projet actuel n’a plus rien à voir avec celui de 2005.”

Motif de ce revirement, selon Mario Virano : “Nous avons tenu à rompre avec la logique qui voulait que l’on imagine d’abord le meilleur projet ferroviaire possible, et qu’ensuite seulement l’on cherche à le rendre acceptable de la population, en le corrigeant ou en offrant des compensations financières.” Son vice-président, Louis Besson, de renchérir, sur le coût défiant toute concurrence de l’ouvrage prévu, loin des 26,1 milliards estimés : “Sur le tunnel de base, l’on arrive à 8,5 milliards d’euros, avec une part pour la France de 2,2 milliards. Pour les accès, on a encore des interrogations, mais on n’est pas tout à fait dans l’ordre du délire tel que d’aucuns essaient de l’entretenir.”

21 000 nouveaux emplois en 9 ans de chantier ?

Se plaçant “de surplomb, au niveau européen” dans ce débat, Mario Virano reconnaît toutefois qu’il puisse être “plus facile en période grise de se demander si l’investissement en vaut la peine, alors que les trafics de poids lourds baissent. Mais je réponds : justement, parce qu’ils baissent ! Il faut les encourager, et sauver la partie ferroviaire des échanges entre Rhône-Alpes, la Lombardie et le Piémont.” La liaison Lyon-Turin permettrait ainsi de relier 5 000 lignes existantes au sein du Réseau central européen décidé le 19 octobre 2011.

Et surtout, de créer "au total, 21 000 emplois selon un comptage homme-année sur les 9 ans de chantier, en agrégeant les emplois directs et indirects," comme l'assure déjà Eric Jalon, Préfet de Savoie. "Sur les 5 années centrales de chantier, nous atteindrons une moyenne de 2 000 emplois directs, chiffre à multiplier par un coefficient 2 ou 3 en comptant les emplois indirects ! Ce chantier représente l'avenir de nos départements," s'engage le Préfet.

En réponse au conseiller régional FN Maurice Faurobert - suppléant Bruno Gollnisch, absent comme prévu - qui souhaitait savoir si ce nouveau marché "mondialiste" profiterait "en priorité aux entreprises de Rhône-Alpes, et plus généralement françaises," Eric Jalon promet la priorité au "Made in France". "Pour les seuls travaux de reconnaissance géologique que nous avons effectués, 400 personnes ont été employées sur trois chantiers de prospective, dont 40 à 50 % de Rhônalpins. Malgré l'accord binational, notre région gagnera sur tous les plans avec le Lyon-Turin."

Une alliance Collomb-Queyranne sur les grands chantiers rhônalpins

Jean-Jack Queyranne, de son côté, s’est plu à répondre aux médias – coupables d’avoir classé le Lyon-Turin en deuxième position du catalogue des dépenses inutiles, juste après l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Refusant par avance de voir son projet comme un “Notre-Dame-des-Alpes”, il préfère le considérer comme “un projet fédérateur, écologique et européen majeur”. Et de tancer la volte-face, qui s’apparente à une fuite devant le débat” des élus EELV. Pour lui, “jamais l’Europe, ni la France, ni la région n’ont abandonné ce projet”, même s’il convient d’abord, nécessité oblige, de se tourner vers l’amélioration de l’existant.

À commencer par les liaisons vétustes et saturées reliant les parties rhodanienne et alpine de la région : Lyon-Grenoble, Chambéry-Aix-les-Bains, vers Rumilly, et Saint-André-le-Gaz vers Chambéry. Mais pas question pour autant de baisser les bras face à l’État. Aussi le président du conseil régional condamne-t-il la “position étroite” du Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur le Lyon-Turin, vu comme une “simple liaison ferroviaire”. Et répond à la déclaration du chef du gouvernement par une question rhétorique et sa réponse immédiate : “Faut-il, face à la crise, baisser pavillon et renoncer à la croissance ? Non !”

Jean-Jack Queyranne appelle au "courage de la conviction" : "Si Rhône-Alpes s'opposait maintenant, quelle image donnerions-nous de la France aux autres pays d'Europe ?" s'interroge-t-il encore. Proche de la position du maire de Lyon, Gérard Collomb, il entend bien faire pression sur l’exécutif national pour obtenir les 40 % de financement européen tant désirés. Pour le clin d’œil, il envisage même le contournement ouest de Lyon comme un sous-projet intégré à celui de la LGV Lyon-Turin. Rendez-vous est pris pour ratifier le projet final en septembre - juste avant la prochaine rencontre binationale entre France et Italie, François Hollande et Enrico Letta, au Sommet de Rome en novembre.

---

A lire aussi : “Les opposants prêts pour le bras de fer”

3 commentaires
  1. rhonealpes.elusecologistes - ven 12 Juil 13 à 10 h 44

    Puisque les élus EELV ne sont pas cités, voici leur position, en faveur du Lyon-Turin, mais par le tunnel du Mont Cenis: http://elus-rhonealpes.eelv.fr/2013/07/11/les-ecologistes-sont-pour-le-lyon-turin-par-le-tunnel-du-mont-cenis/

  2. mcstn - sam 13 Juil 13 à 7 h 02

    L'intelligence et le courage de reconnaître ses erreurs n'a jamais effrayé personne hormis JJ Queyranne qui considère la politique comme une campagne de publicité.le texte de l'opposition distribué au Conseil Régional est sur ce site. http://lyonturin.eu/ On voit que l'opposition est très large et que les solutions existantes sont là. il suffit de les mettre en œuvre sur le réseau existant. Les anciens présidents de RFF et SNCF le disent, la M. Duron aussi L'exécutif régional est dans l'impasse.

  3. Epsilon - dim 14 Juil 13 à 10 h 34

    '''''Et répond à la déclaration du chef du gouvernement par une question rhétorique et sa réponse immédiate : “Faut-il, face à la crise, baisser pavillon et renoncer à la croissance ? Non !” '''''Monsieur Queyranne, je vous aime bien, alors je vais vous apprendre un truc qu'on lit dans tous les travaux économiques récents : la croissance ne reviendra pas. C'est plus une question d'y renoncer ou pas, la croissance, c'est fini! Merci de travailler sur une meilleure société, sans croissance!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut