Barbarin
©Tim Douet

Affaire Preynat : nouvelles plaintes contre le cardinal Barbarin

Non-dénonciation d’atteintes sexuelles sur mineur de 15 ans et mise en danger de la vie d’autrui sont les infractions reprochées au cardinal par deux plaignants.

Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, le prêtre Bernard Preynat est soupçonné de quatre agressions sur mineurs, des scouts, dans les années 1980 et 1900. Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon depuis 2002, a reconnu avoir été mis au courant de ces actes, mais refuse de démissionner.

Barbarin n’est pas le seul visé

Pourtant, une enquête a été ouverte à son endroit, pour non-dénonciation de crime et mise en danger de la vie d'autrui. Les plaintes déposées cette semaine par deux hommes, qui se disent victimes du père Preynat, visent les mêmes chefs d'accusation.

Ces deux hommes sont déjà plaignants dans le dossier des agressions elles-mêmes. Là, ils dénoncent l'agissement de l'Église, en pointant particulièrement quatre responsables diocésains (dont le cardinal Barbarin), ainsi que le préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi et son secrétaire.

Le récit d’une victime qui a alerté le cardinal

Aujourd'hui, LeMonde.fr publie le récit d'Alexandre, un quadragénaire qui a saisi l'archevêque de Lyon quand il s'est rendu compte qu'il n'avait pas été le seul scout victime du père Preynat, et qu'ils pourraient avoir été des dizaines, voire des centaines. Le cardinal Barbarin répond : “Terrible témoignage.” Avant de l'inviter à rencontrer une laïque du conseil épiscopal à l’écoute de “ceux qui ont vécu de telles souffrances par la faute d’un prêtre et qui souhaitent en parler”.

Cette dernière organise même un rendez-vous avec son ancien bourreau, toujours en activité et qui lui avoue son attirance pour les petits garçons ! Mais le cardinal Barbarin, prétendant attendre le retour de Rome quant à ce problème, met plusieurs mois à retirer toute charge pastorale à Bernard Preynat...

à lire également
Manifestation des éboueurs de Pizzorno devant la Métropole © Simon Alves
Dix salariés grévistes de l'entreprise Pizzorno étaient convoqués mercredi au tribunal de grande instance de Lyon. Leur entreprise les accusait de "diffamation", "entrave à la liberté de travail" et "jets de projectile". Ce jeudi, la justice a considéré que la grève pouvait continuer et qu’aucun blocage excessif n’était effectué.
2 commentaires
  1. kaoetic - 12 mars 2016

    Plus les enquêteurs vont avancer dans leurs investigations et plus ils vont découvrir cet hideux cancer de la pedophilie qui touche l'église catholique ! De très gros nuages à l'horizon ...

  2. la realité en face - 18 mars 2016

    Le Cardinal n'est même pas mis en examen... et les victimes voudraient qu'il s'applique la condamnation qu'ils souhaitent avant même un procès! Mêmes si elles sont victimes ce n'est pas une raison pour refuser à Mgr BARBARIN un procès équitable! Les victimes ont-elles consciences de bafouer ainsi les articles 10 et 11 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme? Leur statut de victime ne leur donnent pas le droit de nier ceux de Mgr BARBARIN! Ce Tribunal mediatico-politique, cette propagande, ce déchainement me fait penser à la 'Justice Révolutionnaire' sous la Terreur! Attention, ceux qui jouent à ce jeu devraient se souvenir que Robespierre lui-même a fini par en être victime ! Lui aussi a eu sa tête montrée au Peuple! Vivement 2017!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut