Fusion : l’Auvergne apporte plus de vaches que d’habitants…

… et Rhône-Alpes plus de poulets.

"La région Auvergne apportera beaucoup à Rhône-Alpes en termes d’agriculture". C’est ce qu’affirmait ce mercredi le président de la région Auvergne, René Souchon, dans une interview à Lyon Capitale. Il faut dire que l’Auvergne est plus agricole que Rhône-Alpes, du moins en part de terres cultivées. Près de 56 % du foncier de la région y est consacré contre 36.3 % en Rhône-Alpes.

Mais une autre grande différence oppose Rhône-Alpes et Auvergne : la densité de population. Comptez 50 Auvergnats au km² quand vous en trouverez près de 150 en Rhône-Alpes.

Deux fois plus de vaches par habitant pour les Rhônalpins

Faible densité de population et forte agriculture, l’Auvergne a vite fait de passer pour une région dont certains diront qu’elle compte plus de vaches que d’habitants. Ce n’est d’ailleurs pas faux : 1,17 vache pour être précis, quand en Rhône-Alpes, ce ratio plafonne à 0.15 vache par habitant. Avec la fusion des deux régions, le taux passe à 3.3 vaches pour 10 habitants ; soit 3.5 fois moins pour les Auvergnats alors que le ratio double pour les Rhonalpins. Mais nous n’arrivons pas non plus les mains vides, mais avec plus de 12 millions de poulets, soit près de 2 Gallus par Rhônalpin. Évidemment il ne s’agit que d’un jeu statistique et de là à voir les vaches paitre place Bellecour, et les poulets picorer place de Jaude, il y a encore à attendre.

En revanche la fusion des deux régions pourrait s’avérer plus que bénéfique. Rhône-Alpes souffrait effectivement d’une agriculture constituée d’exploitations de taille modeste, faute aux reliefs et à la topographie, l’Auvergne pourrait bien compenser cette faiblesse.

2 commentaires
  1. Collombitude - 4 juin 2014

    Si l'on pouvait m'expliquer, en quoi la fusion des régions en terme d'agriculture devient une force pour Rhône Alpes ? y avait-il des frontières ? des droits de douane ? le lait sera-t-il moins cher ainsi que la viande bovine ? En réalité la vraie question est de savoir quelle rationalisation va être faite au niveau des doublons administratifs, le reste est littérature. Et ne commençons pas à venter la supériorité d'une région par rapport à l'autre, sinon quid de la fusion!

  2. bruitdevert - 4 juin 2014

    Si on veut une grande région avec de bons produits de terroirs, Rhône Alpes Auvergne ; c'est vraiment bon ! On pourrait rebaptiser la Région : Région Tartiflette cochonnaille et St Nectaire ....

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut