Mosquée
© Loïc Blache

Fermeture de la mosquée de l’Arbresle par arrêté préfectoral

Le préfet de Rhône-Alpes, Michel Delpuech, a ordonné jeudi la fermeture de la mosquée de L’Arbresle, par crainte de “risques de radicalisation et d’atteinte à la sécurité ainsi qu’à l’ordre public”.

Mosquée ()

© Loïc Blache

Le préfet de région, Michel Delpuech, a utilisé le cadre de l’état d’urgence pour ordonner ce jeudi la fermeture de la mosquée de L’Arbresle, commune située à une trentaine de kilomètres de Lyon.

Cette salle de prière, située dans une maison de ville de la rue Gabriel-Péri à L’Arbresle, est soupçonnée d’être "fréquentée par de nombreux salafistes" et de "présenter un sérieux risque d’atteinte à la sécurité et à l’ordre public", indique le communiqué de presse de la préfecture.

La fermeture de ce lieu de culte, d’une capacité d’accueil de 90 personnes, vise en outre à "prévenir les risques de radicalisation" auxquels sont exposés de nombreux jeunes.

L’opération de police mise en place pour signifier la mesure aux responsables du lieu s’est déroulée sans incident. Des perquisitions ont également été effectuées dans les locaux, sans qu’on sache pour l’heure si des documents compromettants ont été saisis.

Des mosquées sous étroite surveillance

"Nous n’ignorions pas que cette mosquée était sous surveillance, mais nous ne savions pas ce qu'il se passait à l'intérieur", a confié Pierre-Jean Zannettacci, le maire de la commune, à nos confrères du Progrès.

L’association qui gère ce lieu de prière entretenait des relations courtoises avec la municipalité. Elle avait ainsi sollicité cette dernière pour un projet d’extension.

Depuis les attentats du 13 novembre, la surveillance des lieux de culte, particulièrement les mosquées, s’est accentuée et la réglementation des lieux est scrupuleusement passée au crible.

La deuxième mosquée à fermer dans le département

La mosquée Bilal, sur le plateau des Minguettes, à Vénissieux

La mosquée Bilal, sur le plateau des Minguettes, à Vénissieux

Avec ce nouvel arrêté, le département compte ainsi sa deuxième fermeture en moins d’une semaine. En effet, la mosquée Bilal, à Vénissieux, a également fait l’objet d’une fermeture, le 18 novembre. Mais cette fois-ci, la décision avait été motivée par un motif technique : le préfet avait estimé que les capacités d’accueil du lieu n’avaient pas été respectées à de nombreuses reprises. La préfecture a souligné que cette décision était antérieure aux attentats et qu’elle répondait à des impératifs de sécurité.

Sur les 110 mosquées et salles de prière recensées dans le Rhône, une dizaine sont considérées comme étant des lieux sensibles. Ces derniers jours, Michel Delpuech avait annoncé une liste réduite de trois mosquées susceptibles d’être fermées.

"Ça peut avoir une vertu efficace dans la prévention de la radicalisation. L'influence de tels lieux et de tels endroits sur les jeunes est évidemment néfaste. Des enseignants de la commune me l'ont dit. C'est aussi une incitation que j'adresse aux responsables du CRCM [conseil régional du culte musulman, NdlR], de reprendre en main ces lieux. Quand ce sera fait, il n'y aura pas de problème puisque je ne demande pas mieux que les lieux de culte fonctionnent. Mais pas comme celui-là fonctionnait", a déclaré Michel Delpuech lors de son déplacement vendredi rue de la République en compagnie de Gérard Collomb, le maire de Lyon.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut