Consultant ès stress

(Article paru dans le numéro d'avril de Lyon Capitale)

Psychologue de formation passée par l'Institut d'Administration des Entreprises (IAE) de Lyon 3, Anne de Somer est consultante en santé au travail, spécialisée dans la prévention des risques psychosociaux, depuis 2006. Elle s'est installée à son compte, après avoir dirigé un centre de bilan de compétences, où elle entendait "de plus en plus l'expression de la souffrance au travail".

Elle intervient notamment dans une grande entreprise de la région, qui a mis en place après plusieurs plans sociaux une permanence psychologique.
A raison de cinq jours par mois, elle reçoit les salariés. Avec une moyenne de cinq entretiens par personnes (pour un maximum de dix). "Si le travail psy n'est pas fini, le salarié doit le poursuivre ailleurs, à sa charge".

"Les salariés viennent soit de leur plein gré, soit orienté par le médecin du travail ou l'assistante sociale". La consultation, gratuite, se déroule dans les locaux de l'entreprise. Anne de Somer garantit l'anonymat et la confidentialité de la consultation.

Pour elle, l'accompagnement peut aider à développer des "capacités d'adaptation de chaque personne" face aux changements et événements de la vie, qu'ils soient professionnels ou personnels. Elle œuvre aussi à la "limitation des arrêts maladie" et à l'accompagnement des retours d'arrêt de travail.
Ils arrivent avec une formulation : "je ne supporte plus mes collègues, j'ai peur de nouvelles restructuration, j'ai des difficultés avec mes collègues ou ma hiérarchie". Elle cherche avec le salarié des solutions, souvent inspirées par le coaching (lire encadré) ou par d'autres techniques, en mobilisant "les ressources de la personne et celles du collectif du travail".

Il est aussi possible de "faire passer des messages" à la direction des ressources humaines (DRH), "en conservant la confidentialité des salariés", assure la consultante. Elle est entendue "plus ou moins" par le DRH. "Dernièrement, j'ai réussi à faire changer de poste un salarié en souffrance".
Elle tire un bilan plutôt positif de sa permanence : "Il y a quelques années, il y a eu un suicide au sein de l'entreprise. Aujourd'hui de moins en moins de personnes nous consultent. Une vingtaine par an" Et de conclure : "la permanence psychologique fait partie des outils de paix sociale".

Psy et plans sociaux
Autre casquette d'Anne de Somer, celle de psychologue au sein des "espaces écoutes" que certaines entreprises mettent en place lors d'un plan social. "Dans mon bureau, ils expriment leur colère et font leur deuil avant de se faire aider par la cellule reclassement ". Son objectif : "limiter les effets du licenciement sur des salariés par ailleurs fragilisés".

Et si les solutions venaient de nous ?
En matière de souffrance au travail, Anne de Somer utilise des techniques de coaching, dont le principe est d'admettre que la personne est porteuse de ses solutions. "Il s'agit d'abord d'explorer toutes les solutions, mêmes les pires (le suicide) pour recadrer où est vraiment le mal-être. Puis je travaille concrètement à un plan d'action : congés formations, quels types de loisir". L'objectif : s'adapter ou prendre de la distance par rapport à la situation stressante. "On regarde les zones où la personne peut lâcher de la pression, dans le travail et en dehors du travail."

Le chiffre : Entre 1200 et 2000 euros
Ce que facture à l'entreprise un consultant ou un cabinet spécialisé dans les risques psychosociaux pour une journée de consultation.

Quand le travail fait souffrir

Caisse d'Epargne : l'écureuil épargne des antidépresseurs

Souffrance au travail : détectez votre niveau de stress

Stress : les nouvelles pathologies

Toujours plus de souffrance au travail

Stress : ces travailleurs qui craquent

Stress au travail : à Lyon, une permanence pour ceux qui souffrent

Mal-être à la Ville de Lyon

Consultant ès stress

Dopage de masse

Jean Furtos : 'Cadres et SDF sont atteints de la même pathologie'

Dépression : les cliniques accueillent à bras ouverts

à lire également
Manufacture des tabacs 1
Pour sa 2e édition, la "Nuit du droit" de l'Université Lyon 3 accueillera les acteurs de la série britannique The end of the fucking world, le 4 octobre prochain à la Manufacture des Tabacs.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut