Test de Remember Me : triste gâchis sur PS3, Xbox 360 et PC

Attendu depuis plusieurs mois, le jeu vidéo d'action et d'aventure à la troisième personne, Remenber Me, avait tout le potentiel pour devenir la nouvelle perle Made in France. Porté par un univers original, un scénario de science-fiction prometteur et surtout un design hors du commun, Remember Me aurait pu être un très grand jeu. Malheureusement, des défauts récurrents le transforment en triste gâchis. En France, on a des idées, mais parfois on ne sait pas les exploiter.

Développé par les Français de Dontnod Entertainement depuis 2008, Remember Me s'est fait désirer. Son postulat de base est pour le moins accrocheur. En 2084, la mémoire est devenue une marchandise comme les autres. Incarcérée à la prison de la bastille, en plein Néo-Paris, Nilin, ancienne "chausseuse de souvenir" va devoir se battre pour retrouver son identité.

Une somme de bonnes idées

Dans un monde où les suites s’enchaînent, un tel univers orignal ne peut qu’interpeller, tandis que la présence du romancier de Science-fiction Alain Damasio derrière l'histoire donne immédiatement envie de glisser le jeu dans sa console et de partir dans une aventure que l'on imagine passionnante.

Aucun doute, les premières minutes sont tout simplement fantastiques. Doté d'une direction artistique solide, d'un design rafraîchissant et d'une bande originale solide et efficace, Remember Me est tout simplement beau à voir, mais aussi à entendre. Particulièrement bien construite et dotée d'une architecture bluffante, la ville Néo-Paris donne envie d'être explorée.

Rapidement on découvre une séquence de jeu novatrice où l'on peut "remixer les souvenirs". À travers un système bien pensé, le joueur peut ainsi modifier la mémoire d'autres personnages. Malheureusement, ces passages seulement au nombre de quatre, résument bien tout ce qui ne va pas dans Remember Me : les idées originales sont là, l'univers passionnant est présent, mais rien n'est assumé complètement par les développeurs.

L'art de gâcher la fête

Remember Me accumule les gros défauts qui l’empêche de totalement convaincre. Ainsi, le jeu est tristement linéaire et n'offre aucune liberté si ce n'est d'avancer désespérément dans de longs couloirs étroits. La frustration est de mise face à ce beau Néo-Paris que l'on a constamment envie de découvrir sous toute la couture.

De leur côté, les mouvements de l’héroïne Nilin sont raides et peu réalistes donnant parfois l'impression de jouer avec un balais doté de deux bras. Heureusement, le système de combat a pour sa part, le bon goût d'être agréable à prendre en main et intéressant à dompter.

Du côté du scénario, les promesses du début tournent vite en rond tandis que les développeurs oublient que l'un des personnages les plus intéressants reste indiscutablement cette ville de Néo-Paris. On passera sur le doublage français catastrophique, indigne d'une telle production et les dialogues qui frôlent régulièrement le ridicule. Il faut parfois du courage pour terminer Remember Me. Comptez une douzaine d'heures pour y arriver.

Verdict

Remember Me avait tout pour être un très grand jeu. En pleine période de "french bashing", le chauvinisme naturel pourrait donner envie de le défendre, d'être fier de voir de telle production dans l'hexagone. Malheureusement, Remember Me donne surtout l'impression d'être face un formidable potentiel qui n'arrive jamais à décoller. Le jeu n'est pas mauvais, juste moyen. C'est sans doute son plus gros défaut.

Il aurait pu être un chef d’œuvre, il n'est qu'un petit jeu parmi tant d'autre qui a la mauvaise idée de sortir une semaine avant The Last of Us. Ce dernier est lui aussi linéaire pour le coup, mais il est doté d'une narration et d'une intensité telle que tout paraît bien fade à côté. Remember Me est un triste gâchis de talents et de bonnes idées. Espérons que les développeurs de Dontnod Entertainement arriveront à rebondir car ils ont clairement quelques choses à apporter aux mondes du jeux vidéo.

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut