tunnel
© Lauriane Rialhe

Travaux du 2e tunnel de la Croix-Rousse : des progrès mais peut mieux faire

tunnel ()

© Lauriane Rialhe

Près de 400 mètres ont déjà été creusés côté Saône, tandis que les tirs d'explosifs vont bientôt commencer côté Rhône. Certaines mesures ont permis de réduire les nuisances, mais les riverains se plaignent toujours des camions et des vibrations.

460 mètres ont déjà été creusés. Il en reste 1297 à accomplir. Un bilan d'étape a été accompli par Gérard Collomb vendredi dernier, à propos du percement du 2e tunnel de la Croix-Rousse. Un ouvrage rendu nécessaire par les nouvelles réglementation de sécurité. En 2014, ce nouveau tube sera emprunté par les bus, les piétons et les vélos. Côté Saône, 380 mètres ont déjà été creusés par explosifs, côté Rhône, presque 80 mètres, mécaniquement. Malgré les efforts du Grand Lyon, les riverains se plaignent de leurs courtes nuits.

Fatigués. Des amélioration ont été apportées contre le bruit et les vibrations, mais les riverains sont encore exténués par les nuisances nocturnes. "Le problème, c'est le passage des camions, il y en a beaucoup", confie une retraitée habitante de l'immeuble le plus proche de l'entrée du tunnel, derrière l'église. Elle fait partie, comme bon nombre de ses voisins, d'une association de riverains.

tunnel ()

© Lauriane Rialhe

Ce qui a été fait

Leurs plaintes ont été entendues. C'est du moins ce qu'a laissé comprendre Gérard Collomb, le maire de Lyon, et Gérard Claisse, vice-président au Grand Lyon en charge de la participation citoyenne. Les bruits les plus agaçants ont été réduits : les bips de recul des camion sont moins aigus, la ventilation est moins bruyante, et un dispositif anti-bruit pour les tirs a été mis en place. On est ainsi passé de 92 à 74 décibels environ. "On essaie d'être le plus réactif possible, ce qui n'est pas toujours simple", ont voulu faire comprendre les élus. Un site Internet et un service sms sont dédiés à l'avancée des opérations. Et un numéro d'astreinte (06 79 84 43 44) a même été donné aux riverains, afin qu'ils puissent faire suivre directement leurs réclamations . "Oui, enfin ça ne répond jamais", grommelle un habitant.

Ce qui reste à faire

"Le pire, c'est le déblayage des matériaux la nuit", s'accordent les riveraines. Pour cela, le chef de projet, Maxime Chatard, a promis des solutions sous 10 à 15 jours. Et pour les vibrations, difficile apparemment d'en faire davantage que le système d'amortissement déjà mis en place. Les vitres suffisamment épaisses protègent de très fortes vibrations. "Ce n'est toujours pas agréable, mais objectivement, ça a quand même nettement diminué", reconnaît un habitant, presque satisfait du dernier tir de mine, ce vendredi, pour l'excavation du tunnel.

Les uns et les autres devront prendre leur mal en patience. Plus que deux ans à tenir puisque la fin du chantier est prévue pour fin 2013, début 2014. L'excavation du tunnel a d'ailleurs pris un peu d'avance puisque 25 % du creusement a été réalisé. "Mais les aléas sont toujours devant nous", a préféré prévenir le chef de projet. D'ici là, combien d'autres réunions seront nécessaires aux riverains pour faire entendre leur épuisement ? Le début des tirs de mines côté Rhône est prévu pour le 8 mars prochain.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut