Confluence plan

La Confluence est-elle complètement enclavée ?

Mardi 7 septembre, durant quelques heures, les 600 salariés des Docks ont été captifs de leur quartier. En cause : l'unique voie d'accès routière qui était inondée. Cette situation exceptionnelle a mis en lumière les problèmes d'accessibilité de la Confluence. La Ville, soucieuse d'en faire un éco-quartier, ne souhaite pas favoriser l'accès aux voitures et mise sur les transports collectifs. Mais le tram est-il suffisant ?

Mardi 7 septembre, les quelque 600 salariés des Docks (Le Progrès, Cardinal, radio Espace, brasseries...) ont été les otages de leur quartier, coincés entre la Saône, la place nautique et la rue Montrocher - l'unique voie de secours - noyée sous un 1,20 m d'eau (voir la carte ci-contre, emplacement de l'étoile). En quelques heures, cette partie de la Confluence était passée de Presqu’île à île... Un incident qui souligne une singularité : les docks constituent une enclave dans un quartier - la Confluence -, lui même enclavé. Des "paquebots" d'entreprises qui se succèdent ne sont reliés que par une seule impasse. Et, déjà passablement encombré, le site va accueillir le siège de GL Events et d'Euronews.

Une étude "cachée"

La voirie actuelle ne permet pas aux bus de circuler. Seule la navette 91, aujourd'hui, y accède. Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement, propose que soit créée une deuxième voie, reliant le cours Charlemagne aux docks. "Et peut-être une sortie tout au bout". "On est dans un cul-de-sac, un peu prisonniers du site. C'est sûr, avoir une deuxième voie d'accès nous soulagerait", confirme le restaurateur Nicolas le Bec. Ces problèmes préfigurent peut-être des difficultés qui vont se poser à l'échelle de l'ensemble de la Confluence. L'heure de vérité approche. À la fin de l'année, 1450 salariés du conseil régional vont, chaque jour, affluer. Et la situation promet même d'être explosive, avec la relance du chantier du musée, le lancement du prolongement du tramway jusqu'à Debourg (octobre 2011) et l'ouverture du centre commercial (septembre 2011).

L'avis de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal), que le président de l'agglomération s'est employé à masquer, tire la sonnette d'alarme (1). "Les aménagements engendreront un report important du trafic sur les quais du Rhône et de la Saône, qui seront quasi à saturation. De plus, la desserte interne du nord du quartier - Saint-Blandine - sera, elle aussi, saturée", prévoit le document. La droite profite de ces incertitudes pour contester la politique de déplacements de Gérard Collomb et proposer des aménagements pro-voitures. "Il faut absolument élargir le cours Charlemagne au sud pour favoriser l'entrée du quartier", suggère Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement.

Des bouchons pour réduire, au final, le trafic

Mais la municipalité s'en tient à sa ligne de conduite : faire de ce nouveau centre-ville un éco-quartier où la place de la voiture est très limitée. Cette politique de la contrainte présente déjà des résultats. "Le nombre de voitures en circulation a reculé à Lyon de 21 % entre 2002 et 2008", expose Jean-Louis Touraine, adjoint au maire en charge des déplacements.

À défaut d'interdire radicalement l'accès aux voitures comme l'ont fait certaines municipalités en Europe, cette politique va générer des embouteillages. "De nouveaux équilibres se trouveront", parie, confiante, Martine Meunier-Chabert, chargée de mission au Certu (2), qui cite Bron et l'avenue Berthelot où le tram s'est frayé deux voies et où, finalement, "il n'y a pas plus de congestion qu'ailleurs". "C'est comme pour aller place des Terreaux, les gens vont intégrer qu'il vaut mieux ne pas s'y aventurer en voiture, mais en transports en commun", affirme Benoît Bardet, directeur adjoint de la société publique locale d'aménagement Lyon-Confluence.

"Une très probable saturation des lignes de tramway"

Mais, pour que le report s'opère sur les "modes alternatifs à la voiture", il faut une offre compétitive de transports en commun. C'est le cas à proximité de Perrache où les habitants ont l'embarras du choix : métro A, deux lignes de tram et bus. Mais le reste du quartier est surtout irrigué par le tramway, pensé comme la colonne vertébrale de la Confluence. Ne desservent les autres rues que le bus n°8 (Ste Foy/Caluire) et la navette 91 qui accède jusqu'à la Sucrière.

L'avenir ne laisse pas entrevoir des améliorations suffisantes. Des progrès pourraient venir du prolongement du T2 jusqu'à Montrocher (le terminus est aujourd'hui à Perrache) et surtout du T1 jusqu'à Debourg en 2014. Il y rejoindra un pôle d'échanges avec le métro B qui ira jusqu'à Oullins. Mais, selon la Dreal, "ces optimisations risquent d'être insuffisantes à long terme sans le développement d'autres lignes fortes de transports en commun (bus à haut niveau de service par exemple)". Les services de l'État en concluent en "une très probable saturation des lignes de tramway T1 et T2 à long terme".

Un avenir pour le métro ?

Voilà qui conforte l'opposition municipale quand elle remet en cause le choix du tram, préféré au métro. Un transport souterrain aurait soulagé le cours Charlemagne et aurait surtout assuré un débit supérieur de voyageurs. "La première décision de l'ère post-Collomb, ce sera de lancer des études sur le métro", pronostique Denis Broliquier. "La priorité était de prolonger le métro jusqu'à Oullins, où il y a plus de gens à desservir et avec la perspective d'aller jusqu'aux Hôpitaux sud", indique Gilles Buna. Selon Jean-Louis Touraine, le choix du tram ne devrait pas être remis en cause dans les quinze ans qui viennent. Soit, mais après ?

(1) Réalisée par un cabinet indépendant, l'étude d'impact est obligatoire avant le lancement d'une nouvelle Zac, comme c'est ici le cas avec la deuxième phase de Confluence. À l'issue de cette enquête, la Dreal a rendu un avis.

(2) Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions.

Retrouver l'intégralité de notre dossier "La Confluence sans voiture, un pari menacé", dans le mensuel de septembre, actuellement en vente chez votre marchand de journaux.

à lire également
23 commentaires
  1. Lumière - 9 septembre 2010

    Et oui...M. Broliquier, les temps changent...Le pétrole se fait rare. Pourquoi reproduire les erreurs urbanistiques du passé en faisant de la Confluence une autoroute géante ? La décision du Grand Lyon est non seulement visionnaire, mais courageuse. Bousculer les conservatismes et les (mauvaises) vieilles petites habitudes, ça n'est pas toujours facile.Quant'au métro, ce n'est là-aussi plus le mode de transport de l'avenir. Tous les urbanistes s'accordent sur ce point. S'enterrer pour faire ses trajets n'est pas LA solution ultime. Il est bien dommage que M. Broliquier n'ait pas été attentif au discours des nombreux experts qui ont participé aux réunions de concertation du projet Confluence.

  2. M. Pignon de lyon - 9 septembre 2010

    A lumière,Je n’aurais pas dit mieux, d’ailleurs c’est exactement ce qui est reproché au Grand Lyon concernant le Grand Stade : Pourquoi reproduire les erreurs urbanistiques du passé Vu vos connaissances d’aménagement du territoire, ce n’est pas en dépensant 200 millions d’euros en tramway que vous aller régler le problème du déplacement de 60 000 personnes en une heure. Toutes les études le prouvent. Il soit bien dommage que M. Collomb ne soit pas attentif aux discours des experts et au rapport du tribunal administratif de Lyon.

  3. Gus - 9 septembre 2010

    On verra après l'ouverture du centre commercial, mais pour le moment la confluence c'est... glauque !!! Quais déserts, accès en transport en commun difficile, en vélo il faut passer sous Perrache (c'est moche et ca schlingue), bref pas la destination famille par définition.

  4. enzo - 9 septembre 2010

    Tiens, notre fameux 'lyonnais' n'est encore venu nous rabattre les oreilles sur la confluence et sur barre/noir. Ca ne saurait tarder 🙂

  5. Lumière - 9 septembre 2010

    @ enzo Je crois qu'il travaille enfin à la création de son cabinet d'urbanisme qui va changer le monde. Mais est-ce qu'ensemble on peut changer le monde ? Venez danser, venez chanter...

  6. lyonnais - 9 septembre 2010

    Mais pourquoi voudriez-vous que je vous tire les oreilles @enzo, @Gus et @Pignon de Lyon ont tout dit.J'aurai pu rajouter qu'il y a un trou béhant à Debourg au niveau de la ligne B du métro qui restera Vitam et ter Nam vide à cause de César Collomb. A moins que l'on en face un abri pour les rats ?J'aurai pu aussi vous dire que vouloir faire un quartier 'hype' sans accès au sein d'une agglo de plus d'un million d'habitants est pas fou, c'est de la folie Ave César Collomb.

  7. lyonnais - 9 septembre 2010

    @bougie, comment avez-vous devinez et je m'installe justement à la Confluence;

  8. Lumière - 10 septembre 2010

    'vitam et Ter nam' Allez, n'en jetez plus...Vous avez la palme du club 'Un Bescherelle, un Dico, et un Gaffiot pour lyonnais'.Alors comme ça, on crache du 'Cesar Collomb' partout (plutôt fier de la trouvaille visiblement) et on ne connait pas 3 mots de Latin ?trou béhant : trou béant Vitam et ter Nam : Ad vitam aeternam (mon préféré) comment avez-vous devinez : deviner (pourquoi avoir conjuguer le verbe ?)Alors oui, Ave Lyonnais.

  9. Lumière - 10 septembre 2010

    pardon faute de frappe : (pourquoi avoir conjugué le verbe)

  10. Lumière - 10 septembre 2010

    comment avez-vous devinez : comment avez-vous deviné ?

  11. jm calther - 10 septembre 2010

    Normalement dans votre génération on savait son latin lyonnais...M.Pignon je vous le répéte, je ne suis pas étonné que vous ayez manqué cette promotion interne dans votre service que vous reprochez depuis sans cesse aux autorités locales depuis. L'urgence, c'est géré par les préfectures. Besoin de vous remettre à niveau.

  12. lyonnais - 10 septembre 2010

    Vous êtes mon rayon de soleil petite @bougie.Cela ne vous fait rien qu'en traversant le champ, vous vous empêtriez dans la margnagne, vous n'arriveriez pas à en sortir... que vous feriez trempotte.Nota: lyonnais sans majuscule, je ne suis qu'un humble petit être pas aussi GRANDE et I que vous.Une dernière, ne trouvez-vous pas que César la coupé tout en bisangoin, ce quartier ?

  13. M. Pignon de lyon - 10 septembre 2010

    A JM Calther, Vous devez vous tromper de personnage, je ne travail pas dans une administration, ni pour un parti politique ni dans une association. Ca finira peut être par rentrer un jour. Et vous, vous en êtes ou de votre carrière ? Un emploi fictif, quelques écrêtements? Par contre votre commentaire prouve une chose, c'est que quand vous n'avez pas de réponse à donner vous vous en prenez directement aux personnes, la bonne vieille technique des vieux singes politiques.

  14. jm calther - 10 septembre 2010

    @M.Pignon je ne suis pas employé de la politique, ni d'une commune. Sinon vous êtes surprenant: un jour vous dites que vous êtes employé de la ville et n'avez pas obtenu un avancement, quelques jours après vous le niez.

  15. jm calther - 10 septembre 2010

    Sinon je vous ai répondu, lisez les réponses qu'on vous donne au lieu de refuser le débat.

  16. lyonnais - 10 septembre 2010

    Enclavée ou pas enclavée, c'est le sujet de ce post.Pourquoi ne parlez-vous pas de ce sujet @jm calther, c'est ennuyeux et désagréable de dire que le premier d'entre nous (votre éros) c'est loupé, pas d'un peu mais de beaucoup dans la conception d'un morceau de ville aussi vaste que celui que l'on a sur la Confluence.

  17. Lumière - 10 septembre 2010

    's'est loupé'

  18. M. Pignon de lyon - 10 septembre 2010

    A JM Calther,Je ne sais pas ce que vous fumez mais je veux bien la même chose, ou avez vous lu que je travail pour une administration, ou que je me plains de mon avancement? Vu votre proximité avec la ville, vous avez plus l'habitude de croiser des pseudos bac +15 dont certains avec de faux diplômes et de pseudos expériences, et vous avez tendances à généraliser ce phénomène. Il y en a même qui ont été débarqué d’emploi pour lequel ils étaient fortement pistonné (une commune du grand Lyon), le baron a demandé à d’autres de les employer en plus de leurs écrêtements… Je ne dis pas que je suis irréprochable dans ma vie, d’ailleurs personne ne l’est, mais de ce coté y’a pas vraiment d’attaque possible (c’est peut être parce que je ne suis pas un pro de la politique), trouvez autres choses !!! Et je ne vois toujours pas vos réponses sur le fond...

  19. jm calther - 10 septembre 2010

    Relisez vos commentaires sur ce site, vous en avez parlé.Vous avez l'air a fond dans les discussions sur les combines politiques ce n'est pas mon cas. Si vous passiez plus de temps au travail, peut-être auriez vous moins de soucis...Pour le fond, je vous le répète, l'urgence c'est géré par les préfectures, pas la Mairie.

  20. jm calther - 10 septembre 2010

    @lyonnais le désenclavement est une problématique qui va être en bonne partie résolue par le nouveau pont. Salut messieurs.

  21. M. Pignon de lyon - 10 septembre 2010

    A JM Calther Vous avez raisons sur un point, je ne supporte pas les combines et les magouilles politiques. Pour votre info, je n'ai pas de souci enfin rien de pro ou d'argent ou je ne dois pas être au courant de tous ce qui se passe dans ma vie, si vous avez des infos je suis preneur. Vous êtes toujours dans l'affirmation et pourtant rien de vrai dans ce que vous dites sur moi. Sinon merci de m'indiquer ou j'ai bien pu affirmer que je travail ou j'ai travaillé dans une administration, vu que vous avez l'air si sur de vous, et que vous pensez que seul les frustrés de l'administration peuvent critiquer le régime Collomb

  22. lyonnais - 10 septembre 2010

    Autopont Mr jm Calther.

  23. jm calther - 10 septembre 2010

    @M.Pignon : 'régime collomb' amusant ce terme n'est utilisé que par un certain commentateur du parti radical...en sériez vous un énième pseudo?Pour le reste, non , je ne m'intéresse pas aux histoires de caniveau...curieusement pour un sois-disant 'citoyen banal' vous avez l'air de vous focaliser sur ceci... pour le reste relisez vos anciens propos. A bientôt@lyonnais oui un autopont. Heureux qu'on soit d'accord que celui-ci contribue au désenclavement. Champagne 😉

  24. M. Pignon de lyon - 10 septembre 2010

    A JM Calther, Pour une foi vous n'affirmez pas vous supposez, eh non je ne suis pas membre du parti radical et je n'ai qu'un seul pseudo et aucune carte politique. Encore une foi montrez moi le lien ou j'affirme travailler dans l'administration avec des soucis de carrières, vous n’arrêtez pas de l’affirmer à chaque foi que je poste un commentaire alors prouvez le. Eh oui j'utilise le mot régime pour Collomb comme pour Sarko, coté méthode ils ont beaucoup de choses en commun, sur les idées ils ne sont pas si éloignés. Bref si le terme vous gêne, j’arrête de l’utiliser, ca ne changera rien à la réalité des choses

  25. lyonnais - 11 septembre 2010

    Etes-vous sûr du désenclavement @jm calther avec un pont qui ressemblera plus à un pont autoroutier infanchissable?A l'époque où on les détruits ce n'est pas très futé de la part de notre César.Sinon, globalement le projet de la phase 2 avec ces immeubles de chaque côté de l'autopont fera que l'on se retrouvera très vite dans la même configuration qu'à Mermoz avec son 'mur' coupant toute liaison N/S agréable pour ces habitants cassant un peu plus ce quartier du reste de la ville. Que dire du déversoir que cela va provoquera à l'intérieur de la Confluence puisque l'on peut plus faire des ponts de quai à quai et se sera pareil sur la rive gauche du Rhône qui sera escamoté à vie comme l'est la place Morand.Je pleins déjà les habitants le long de l'avenue Leclerc dans le 7ème.Alors le champagne, vous le buverez tout seul sans moi parceque trouver quelqu'un de pire que ZIZI, on là en la présence du premier d'entre nous avec ces barres qu'il nous plante (certe un peu moins haute) mais bien des barres dans tout les sens sans réel plan d'urbanisme. Il y en a d'ailleurs qui a peine sorti de terre commence à faner.Il aurait pu prendre de la graine votre idole pour ce qui était du plan de masse de Bohigas/Barre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut