Philippe Layat
Philippe Layat © Tim Douet

Phillipe Layat continue son combat judiciaire

L'agriculteur a déposé un recours en urgence devant le tribunal administratif de Lyon concernant les difficultés qu'il rencontre avec la nouvelle voie d'accès au Grand stade qui coupe en deux ses terrains.

L'agriculteur avait été exproprié de 9 de ses 25 hectares pour permettre la construction d'une nouvelle voie d'accès au grand stade. Pour qu'il puisse continuer son activité, La Métropole de Lyon avait construit un "boviduc" destiné à faire traverser ses moutons entre ses deux parcelles sans perturber la circulation au-dessus. Pour faciliter le passage de son tracteur, une rampe avait aussi été aménagée des deux côtés de la route.

Cependant, en l'état actuel des choses, ces deux constructions sont impraticables selon l'agriculteur. Concernant le "boviduc" l'agriculteur argue que les moutons ne peuvent pas passer à cause des cailloux au sol et de la noirceur de ce dernier. Selon lui "il faudrait qu'il y ait de la lumière et un revêtement en terre battue ou en bitume" pour que les bêtes puissent passer. Quant à la rampe, elle serait "beaucoup trop forte pour que Phillipe Layat puisse passer lorsqu’il transporte du foin" a expliqué ce lundi son avocat Me Valentin Patronnat lors de l'audience. En plus de ces deux aménagements, l'agriculteur demande aussi la mise en place de signalisation pour indiquer la traversée d'engins et la construction d'une clôture de deux mètres en treillis soudé à la place de la clôture souple actuelle afin de mieux protéger ses moutons de possibles vols.

Des arguments rejetés en bloc par l'avocat de la métropole Me Jean-Marc Petit devant la cour : "Rien ne vous dit que la pente serait trop prononcée et une demande de clôture de deux mètres demande une justification". Mêmes arguments concernant le "boviduc" qui selon lui serait tout à fait praticable. L'ordonnance devrait être rendue ce mardi par le tribunal administratif de Lyon.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut